Fabriquez votre propre papier !

Papier, papier maché, MC.... tout et encore plus pour plier
Avatar de l’utilisateur
Loeek
Messages : 60
Enregistré le : 07 mars 2010, 10:39
skype :
Localisation : Saint étienne
Contact :
Status : Hors ligne

Fabriquez votre propre papier !

Messagepar Loeek » 09 sept. 2012, 14:27

Bonjours à tous !
Suite à une demande d'argil sur quelques conseils pour fabriquer un papier artisanal "maison", je me permet de créer ce topic pour donner quelques conseils (n'hésitez pas à venir apporter votre pierre à l'édifice :wink: )
[hr]
La pâte à papier :
[spoil]Il s'agit simplement de fibres en suspensions dans de l'eau, ces fibres sont constituées de cellulose d'origine animale (me demandez pas lesquels, j'en sais rien j'ai lu dans un bouquin ^^), végétale ou chimique (pour les papiers synthétiques).
Les végétaux qu'il est possible d'utiliser son nombreux : bois, chanvre, coton, etc. chacun ayant ses propres caractéristiques !
Ce n'est pas tout ! Il y a aussi dans la pâte à papier des "charges", se sont des minéraux très fins (je citerai notamment le talc, les autres j'ai bouffé leur nom :? ), cela permet de faire plus de pâte avec moins de fibres et là encore chaque minéraux apporte ses propres caractéristiques au papier.[/spoil]
Recyclez vos papiers :
[spoil]Vos papiers sont aussi une ressource qui contient des fibres (elles sont déjà colorées, il n'y a rien à enlever !) le seul bémol c'est que le papier ne se recycle pas à l'infini (7 à 8 fois seulement) et que un papier fait uniquement de papier recyclé est plus fragile (car à force d'être réutilisées les fibres se raccourcissent et se détériorent)...[/spoil]
Bon maintenant que vous avez les bases passons à la pratique !
Le pulpeur maison: :twisted:
[spoil]Je pense que le plus efficace et le moins coûteux reste le mixer à main pour la soupe :mrgreen: ! Vous prenez un grand récipient (sceau, poubelle, bassine ... peut importe) vous mettez de l'eau et vous mixez l'eau en ajoutant petit à petit vos ressources (vieux papiers, feuilles de je ne sais quoi, sciure de bois ?) et là il faut vraiment bien mixer !!!!!!
A cette étape vous pouvez rajouter vos charges : talc (pour la blancheur je crois) fécule de pomme de terre ou farine pour la solidité finale...[/spoil]
Mettre en feuille : :) On approche de la fin...
[spoil]Là encore le plus simple et le moins coûteux et d'avoir un bac large et peu profond (environ de la même contenance que votre pulpeur maison), j'ai pas de photo mais disons le même format du cadre que vous avez (voir plus bas) +10/15 cm en largeur et en longueur, faîte la profondeur en fonction de votre pulpeur en se donnant disons un minimum de 10/15 cm là aussi. J'espère que malgré la description bancale vous voyez à peu près ce que je veux dire :? .
Pour la feuille c'est simple : il faut un cadre au format de la feuille désirée au final recouvert d'un tamis métallique très fin ou d'un tissus extrêmement bien tendu ! Le moindre défaut sur le cadre se verra immédiatement sur la feuille.[/spoil]
La main à la pâte :
[spoil]Versez votre pâte dans le bac peu profond et plongé votre cadre au fond en le remontant doucement : les bords du cadre doivent êtres vers le haut, et là je vois déjà les têtes bien pensantes se dire : la hauteur des bord permet de maîtriser le grammage du papier ! Et oui c'est aussi simple que ça si votre cadre à des bords haut, en le remontant plus de pâte sera emprisonnée et donc le papier sera plus épais !
Laissez égoutter votre cadre... on peut passer à la finition.[/spoil]
Finition :
[spoil]Lorsque votre feuille est assez égouttée, démoulée là du cadre en la posant sur un tissus propre, sec et bien à plat, recouvrez d'un autre tissus lui aussi propre sec et bien à plat, puis passez un rouleau dessus plusieurs fois, cela à plusieurs avantages : cela élimine l'eau plus rapidement, la feuille est légèrement lissée, attention tout de même à ne pas trop l'étaler, sinon vous perdriez en épaisseur ![/spoil]

Pour résumer, le papier que vous fabriquerez sera unique puisqu'il dépendra de :
- vos ressources utilisées
- les charges que vous lui ajouterez
- l'eau que vous utiliserez
- votre cadre
- vos tissus
- vos rouleaux
- du séchage


Cependant je vous préviens tout de suite, avant de réaliser un papier qui soit à peut près potable il en faut de l'entraînement (que moi même je n'ai pas parce que je ne me suis encore jamais lancé, mais la rédaction de ce topic me donne bien envie de commencer :) )

Je ne voulais pas faire un grand cours magistral (c'est un peu raté vu la taille du post) donc si vous avez des questions, des remarques, des commentaires hésitez pas !
Un fan de papier ... tout simplement !

Avatar de l’utilisateur
eless
Ori Sensei
Messages : 1498
Enregistré le : 27 févr. 2009, 13:01
skype :
Localisation : Belgique
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Fabriquez votre propre papier !

Messagepar eless » 09 sept. 2012, 15:36

Première question : est-il possible de faire du papier pliable ? :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
Loeek
Messages : 60
Enregistré le : 07 mars 2010, 10:39
skype :
Localisation : Saint étienne
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Fabriquez votre propre papier !

Messagepar Loeek » 09 sept. 2012, 17:17

Le papier artisanal a généralement une moins bonne résistance au pli (déchirures, plis non marqués) mais avec de l'entraînement je pense que l'on arrive à obtenir un papier utilisable pour des modèles très simples. Et une bonne maîtrise permet alors de passer à un papier pour modèles plus complexes.

L'intérêt de fabriquer son papier devient alors bien moindre me direz-vous ! Et pourtant : vous pourrez réaliser des incrustations (de fleurs séchées, ou je ne sais quoi d'autre qui vous passe par la tête ^^). C'est aussi une activité ludique à faire avec des enfants par exemple.

Voici quelques photos au passage :

le fameux cadre : http://www.paysduleon.com/var/plain/sto ... _large.jpg

un papier avec des incrustations florales mais trop épais et fragile pour être plié (ça se voit à l'oeil) : http://a403.idata.over-blog.com/630x470 ... al-006.jpg

un papier très simple mais extrêment bien réalisé, fait par des professionnels pour les aquarellistes qui doit pouvoir se plier : http://barocco-shop.com/images/PAPIER%201.jpg
Un fan de papier ... tout simplement !

Avatar de l’utilisateur
argil
Ori Sensei
Messages : 2297
Enregistré le : 30 mars 2009, 00:10
skype :
Localisation : MARMANDE. A gauche après le pont
Status : Hors ligne

Re: Fabriquez votre propre papier !

Messagepar argil » 09 sept. 2012, 22:57

Je pensais ouvrir ce sujet un peu plus tard mais puisqu'il est lancé je participe.

Le papier artisanal a généralement une moins bonne résistance au pli (déchirures, plis non marqués) mais avec de l'entraînement je pense que l'on arrive à obtenir un papier utilisable pour des modèles très simples. Et une bonne maîtrise permet alors de passer à un papier pour modèles plus complexes.


Il y a papier artisanal et papier artisanal. Je suis d'accord avec ce que tu écrit si le papier artisanal est un papier fabriqué à la maison à partir de papier recyclé (papier journal déchiré en petit morceaux, passé au mixer et allez donc) et que tu le compare avec un papier à billet de banque (qui pour des raisons que l'on comprend doit être particulièrement résistant aux plis et déchirures). Par contre si tu compare un papier fait main au japon, en corée ou au népal (kozo, hanji ou lokta) avec un papier imprimante, pour la résistance il n'y aura pas photo.

Le problème en origami est qu'il n'y a pas un papier parfait, il y a un papier plus ou moins adapté à tel ou tel modèle. pour des modèles complexes et comportant de nombreuses couches on va plutôt préférer un papier résistant, fin et avec peu de bouffant (selon wikipedia le bouffant c'est l'épaisseur de plusieurs feuilles l'une sur l'autre. Ex : 5 feuille et 1 cm d'épaisseur ça à plus de bouffant que 100 feuilles et 1mm d'épaisseur) pour des modèles relativement simple mais wetfoldé (style giang dinh) on va avoir des papiers plus épais style canson. L'avantage de faire soi même son papier c'est de pouvoir (à condition d'avoir les compétences nécessaires) faire le papier de la qualité exacte qu'on souhaite en épaisseur, résistance, bouffant, couleur, taille etc..)

Pâte à papier : Il s'agit simplement de fibres en suspensions dans de l'eau, ces fibres sont constituées de cellulose d'origine animale (me demandez pas lesquels, j'en sais rien j'ai lu dans un bouquin ^^), végétale ou chimique (pour les papiers synthétiques).
Les végétaux qu'il est possible d'utiliser son nombreux : bois, chanvre, coton, etc. chacun ayant ses propres caractéristiques !
Ce n'est pas tout ! Il y a aussi dans la pâte à papier des "charges", se sont des minéraux très fins (je citerai notamment le talc, les autres j'ai bouffé leur nom ), cela permet de faire plus de pâte avec moins de fibres et là encore chaque minéraux apporte ses propres caractéristiques au papier.


Ouille. La cellulose animale... :he: je suis pas sur que ça existe. D'une façon générale il me semble que les fibres d'origine animale ne sont pas constituée de cellulose. Par ailleurs, je ne savais pas que les fibres d'origine chimique style nylon, rayonne etc.... permettaient de faire du papier.

D'après les informations que j'ai, le papier est pour l'essentiel fait avec des fibres d'origines végétales qui peuvent subir pour les transformer en pâte à papier un traitement mécanique, chimique ou les deux.

La pâte à papier peut se voir ajouter un certain nombre de choses notamment des pigments ou des charges. Mais à priori on peut faire du papier sans pigment et sans charge.

Les tests que j'ai pu faire sur du lin ou d'autres fibres végétales sans charges m'amènent à formuler l'hypothèse suivante : Pour le plieur, une seule charge est importante c'est le liant (amidon, MC, mucilage ou autre) qui donne à la feuille une certaine dureté: les papiers que j'ai réalisés à partir de fibre végétale (pâtes à base de lin, chanvre, mais, ortie et autres végétaux ) ont un aspect très "tissu" c'est à dire que leur texture se situe entre un mouchoir de soie et le papier imprimante : or un papier "mou" n'est pas évident à plier : essayez avec le sopalin :mrgreen: !

Pour tes développements sur le papier recyclé, je suis d'accord pour l'essentiel : un seul avertissement pour ceux qui voudraient s'y lancer : écrit comme ça, c'est fastoche 5 mn. Dans la pratique, les choses sont nettement plus épineuse. Déchirer votre papier à recycler prend déja un peu de temps et à moins que vous vouliez flinguer votre mixer, déchirer en aussi petit que possible (ne pas mettre de sciure de bois, avant d'être transformé en pâte le bois subi toujours un traitement) mettre de l'eau bouillante et/ou laisser tremper au moins une nuit. Après avoir bien mixé : voici un exemple en vidéo de confection de feuilles :

http://www.youtube.com/watch?v=RBKEVwB2LHE&feature=related

Ce que vous ne voyez pas sur cette vidéo et qui peut vous surprendre : quant on lève le cadre de l'eau, il y a une sorte de petite résistance, c'est un espèce d'effet ventouse, avec la pratique ça se maîtrise mais la première fois... disons qu'un homme averti en vaut deux. Deuxième point : tant que la feuille n'est pas sèche elle reste fragile : évitez d'étaler au rouleau à pâtisserie, pour presser le mieux c'est de mettre chaque feuille entre deux tissus, on obtient plusieurs couches tissus, feuille, tissu, feuille, tissu etc... qu'on met entre deux planches de bois et sur lesquels on met des poids, si vous disposez d'une presse, vous êtes un veinard.

Pour l'origami, le papier recyclé a peu d'intérêt. Par contre la réalisation de papier artisanal à partir des fibres végétales peut en avoir beaucoup. En résumé (origine des infos : robert lang, cf son site) le papier industriel est fabriqué à partir de bois de résineux non utilisable pour le bois d'oeuvre (coupes d'éclaircie, ébranchage etc..). Ce bois est d'abord réduit en copeaux puis subit toute une série de traitement mécaniques et chimiques qui ont pour principal objectif d'éliminer la lignine et conserver les fibres de cellulose. Le résultat : des fibres très courtes ce qui amoindrit la résistance du papier :( .

Vous allez sans doute en déduire (comme je le faisait il y a peu) que fibre longue = papier plus résistant. Oui mais.... pour avoir testé avec la fibre végétale réputé la plus longue (fibre de lin qui peut mesure plusieurs dizaines de cm, pour comparer le lokta aurait des fibres de 2 à 3 cm) faire du papier avec n'est pas facile car les fibres se mettent en "écheveaux" et il se révèle particulièrement ardu de les répartir uniformément sur votre feuille en partant d'une pelote de fibre :grrr: (vous l'avez sans doute remarqué: certains papiers artisanaux peuvent comporter à certains endroits des surépaisseurs génantes si un pli tombe juste dessus)

Dans mes recherches d'info, j'ai parcouru le net en long en large et en travers et je peux peut être épargner des recherches à ceux qui sont intéressés par des infos pertinentes et donner envie à ceux qui ont des infos intéressantes de les partager :jap: .

Voila d'abord quelques vidéos

Les deux premières sont sur la fabrication du papier en corée et en israel par un artisan local formé au japon, l'arbre utilisé paraît être le même : le murier à papier ou broussonetia papyrifera.

http://www.youtube.com/watch?v=1_nWOO10ODk&feature=related
http://www.youtube.com/watch?v=UMRwL5PxG2s&feature=related

Je n'ai pas testé avec des muriers à papier (mais à la sainte catherine j'ai la ferme intention d'en planter quelques uns) mais j'ai testé avec quelques essences :
  • le seringat : je l'ai testé parce que j'avais remarqué qu'au broyeur les rameaux de ce truc formaient de longues fibres qui arrivaient même à stopper le broyeur, malheureusement extraire l'ecorce et la sous écorce même après un passage à la vapeur s'est révélé long et pénible : à moins que vous n'ayez 10 heures à perdre pour faire une malheureuse feuille laissez tomber le seringat ou trouvez une autre méthode pour extraire la fibre
  • le noisetier : qui n'en a pas dans son jardin ? Il présente la particularité d'avoir des rameaux jeunes, partant de la base et souvent très droits avec des entrenoeuds long : toute les qualités apparentes : mais il est encore plus difficile d'extraire la sous écorce que pour le précédent
  • Le figuier : une merveilleuse surprise : l'écorce s'enlève presque aussi facilement que dans la deuxième vidéo


Pour la réalisation proprement dite j'ai appliqué la méthode de la seconde vidéo avec les quelques précisions ci jointes : à la vapeur 10 mn suffisent pour enlever l'écorce, j'ai utilisé une poissonnière et mis mes rameaux à plats après les avoir fendus dans le sens de la longueur, on attend qu'ils refroidissent et on enlève l'écorce puis le dessus de celle ci. Trois bonnes heures pour traiter l''équivalent de deux fagots de la video. Ensuite j'ai fait bouillir 1 heure dans une cocotte minute avec un litre de lessive de cendre (même volume de cendres et d'eau, filtré avec un filtre à café). Puis battu ma pâte avec un rouleau à patisserie (pas plus de 10 mn alors que je m'attendais à ce que cette étape soit la plus longue)

Deux autres vidéo : cette fois ci sur la réalisation du papier népalais avec le lokta (Daphne papyracea) Je ne me suis pas encore documenté sur cet arbre et ne peux donc dire si j'en planterais un jour dans mon jardin. Les vidéos sont intéressantes car la façon de faire le papier est différente de la méthode japonaise et coréenne. La technique se rapproche plus de celle que j'ai utilisé pendant mon stage pour mouler des feuilles de papier à partir de fibre de lin, ortie, maîs etc..

http://www.youtube.com/watch?v=NOFq-7xg-4g&feature=related
http://www.youtube.com/watch?v=C2E_qiljuR4&feature=related

Enfin pour être complet : je relate la façon dont je m'y suis pris pour faire une pâte à papier avec de l'ortie : je ne suis pas sûr de le refaire car ça m'a pris beaucoup de temps pour obtenir très peu de pâte (4 heures pour obtenir le quart de ce que j'ai obtenu avec le figuier). Cueillir les orties (plus elles sont épaisses et mieux c'est) les effeuiller. Ensuite mettez les à tremper pendant 5 jours (odeur à faire fuir mais utilisable par le jardinier comme purin d'ortie) puis laisser sécher. Maintenant vous pouvez extraire la fibre (à la main, pour l'instant je n'ai pas testé d'autres méthodes) cela consiste à écorcer l'ortie (dit comme ça ça à l'air impossible mais on voit bien les fibres quant on casse la tige). Traitement à la cocotte minute comme pour le figuier. Par contre j'ai eu beau la battre pendant une bonne demi heure (en plusieurs fois) , je n'ai pas obtenu une pâte qui se répartisse aussi bien dans l'eau du fait de la longueur des fibres.

Désolé pour le pavé mais ces informations me paraissent intéressantes pour ceusses qui auraient l'intention de se lancer. En tout cas n'hésitez pas à compléter ou me contredire si j'ai fait des erreurs.

Avatar de l’utilisateur
Pitof
Ori Sensei
Messages : 3197
Enregistré le : 07 juin 2011, 07:36
skype :
Localisation : pliagedepapier.com
Status : Hors ligne

Re: Fabriquez votre propre papier !

Messagepar Pitof » 09 sept. 2012, 23:20

Loeek et Argil, merci pour ce fil. :kiss:
Je trouve cela extraimement interressant. C'est vraiment un pas que j'aimerais franchir un jour...
A court d'idées ou envie de progresser... faites un tour ici

Avatar de l’utilisateur
Serge
Ori Master
Messages : 689
Enregistré le : 15 janv. 2005, 15:17
skype :
Status : Hors ligne

Re: Fabriquez votre propre papier !

Messagepar Serge » 10 sept. 2012, 10:48

Pitof a écrit :(...) C'est vraiment un pas que j'aimerais franchir un jour...


Tu n'es probablement pas le seul dans ce cas. Une idée d'atelier pour une prochaine LUO ?

Avatar de l’utilisateur
Loeek
Messages : 60
Enregistré le : 07 mars 2010, 10:39
skype :
Localisation : Saint étienne
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Fabriquez votre propre papier !

Messagepar Loeek » 10 sept. 2012, 17:34

ouah argil ^^ le post de ouf !

Et rien à redire des conseils ultra-pertinent !
Je souligne comme tu l'as déjà fait l'intérêt des charges pour lier votre papier : il sera plus résistant (amidon, colle, etc.) cela permet aussi de combler les trous microscopiques dans le papier finis (talc ou autre minéraux fins)!

J'en profite pour rajouter les proportions : entre 10 et 20 % de votre matière sèche (cellulose) maximum, il n'y a pas réellement de minimum puisqu'il est possible de faire un papier sans charges comme l'a dit argil.

Les pâtes chimiques s'obtiennent à l'aide de procédés alcalins ou acides ... bref pour votre production artisanale on va oublier ^^.

Les pâtes mécaniques sont moins résistances certes, mais ont un meilleur rendement, seulement vous n'aurez pas toujours la couleur souhaité (pas de blanchiment au chlore non plus pour nos chimistes en herbe ^^)

Enfin pour solidifier votre papier fini vous pouvez toujours le coucher (c'est à dire le recouvrir) avec une préparation constitué de matière liante, et de charges diverses (là encore pigments, vernis, talc etc.).

La cellulose chimique sert à faire des papiers synthétiques assez spécifiques qui ne ressemble pas vraiment à du papier mais plus à du plastique (comme certaines étiquettes auto-collante par exemple)

Ah et pour finir je me suis renseigné sur cette fameuse cellulose animale et voilà : "La cellulose constitue également un revètement extracellulaire chez quelques animaux invertébrés appelés tuniciers." Bref vous pouvez arrêter de malmener votre cochon d'inde : il ne vous donnera aucune fibre ! Bref ce type de cellulose n'est pas utilisée pour faire du papier ! :mrgreen:
Un fan de papier ... tout simplement !

Avatar de l’utilisateur
argil
Ori Sensei
Messages : 2297
Enregistré le : 30 mars 2009, 00:10
skype :
Localisation : MARMANDE. A gauche après le pont
Status : Hors ligne

Re: Fabriquez votre propre papier !

Messagepar argil » 10 sept. 2012, 21:46

Serge a écrit : Une idée d'atelier pour une prochaine LUO ?


Pourquoi pas, mais d'ici quelques années car pour l'instant j'en suis au stade de l'expérimentation. Je n'ai fait tout seul que deux pâtes à papier et il faut encore que je fasse des feuilles avec, ce qui suppose d'abord de se bricoler les formes et de trouver un bassin suffisamment grand pour faire les feuilles, de faire le mucilage qui doit être ajouté, de trouver les bonnes proportion, d'acquérir la technique pour mouler les feuilles et de trouver une solution pour presser le tout. Bref, c'est pas tout de suite que j'égalerais Lafosse et son origamido :mrgreen: .

En tout cas je vous tiendrai au courant des expérimentations : derniers tests :
  • le troène : non concluant
  • le tilleul et le mimosa : relativement facile d'enlever un lambeau d'écorce à la main, je testerai donc prochainement ces deux dernier avec la vapeur

Et j'essaierai de vous mettre quelques photos, même si mes talents de photographes les rendront moins intéressantes que les vidéos ci dessus.

Avatar de l’utilisateur
argil
Ori Sensei
Messages : 2297
Enregistré le : 30 mars 2009, 00:10
skype :
Localisation : MARMANDE. A gauche après le pont
Status : Hors ligne

Re: Fabriquez votre propre papier !

Messagepar argil » 16 sept. 2012, 14:50

Loeek a écrit :Les pâtes chimiques s'obtiennent à l'aide de procédés alcalins ou acides ...


Pourrais tu en dire plus sur ces procédés ?

Avatar de l’utilisateur
aurele
Ori Sensei
Messages : 2856
Enregistré le : 10 sept. 2005, 21:39
skype : aurele.duda
Localisation : Metz (57)
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Fabriquez votre propre papier !

Messagepar aurele » 19 sept. 2012, 11:07

De retour de vacances, merci d'avoir ouvert ce sujet et je vais y apporter quelques éléments dans les jours qui viennent. En attendant, si vous êtes un petit peu anglophone et que vous voulez vous plonger dans les méthodes de fabrication japonaise, lisez Japanese papermaking. Traditions, Tools, Techniques de Timothy Barrett. Un occidental (et universitaire) qui est parti apprendre la fabrication de papier au Japon et en a transcrit les méthodes, plans des machines et espaces de travail, méthodologie et ingrédients. Très agréable à lire et passionnant.


argil a écrit :Loeek a écrit:Les pâtes chimiques s'obtiennent à l'aide de procédés alcalins ou acides ...
Pourrais tu en dire plus sur ces procédés ?


Avertissement : ces méthodes comportent des risques pour la santé (brûlures, intoxication etc.). Je les évoque à titre purement informatif.

Il s'agit de renforcer la dégradation des composants non-cellulosiques de la plante (notamment la lignine qui maintient les fibres de cellulose) pour obtenir une pâte plus pure. Dans la tradition japonaise, la cuisson s'effectuait avec de la cendre, contenant une bonne quantité de potasse. Plus primitivement, on contrôlait la fermentation de la fibre dans l'eau pour l'arrêter au moment où il ne reste quasiment plus que la cellulose -ne faites pas ça avec de l'ortie ou de la rhubarbe ! :siffle:-
Actuellement, on utilise généralement la soude caustique pour faire cuire les fibres traditionnelles. Grosso modo on mélange de l'eau, la fibre la plus nettoyée possible avec de la soude caustique (proportions variables) et on fait bouillir entre 1 et 8 heures en fonction du type de fibre. la soude chauffée s'active et dégrade les éléments en laissant la cellulose. Ensuite un grand rinçage très long (la soude est difficile à nettoyer) permet d'obtenir une fibre à peu près pure qu'il faut au besoin décolorer et hydrater pour la fabrication de pulpe.
Pour la dégradation par l'acide, je ne l'ai jamais pratiquée et ne le ferais pas parce que c'est encore plus dangereux (notamment acide sulfurique comme pour attaquer le verre).

Pour la décoloration de la fibre, j'avais jadis utilisé du peroxyde d'hydrogène (eau oxygénée) comme agent de blanchiment, un peu plus propre que le chlore et ne laissant pas d'odeur à la fibre. Par contre, c'est aussi un agent dangereux.

Avatar de l’utilisateur
argil
Ori Sensei
Messages : 2297
Enregistré le : 30 mars 2009, 00:10
skype :
Localisation : MARMANDE. A gauche après le pont
Status : Hors ligne

Re: Fabriquez votre propre papier !

Messagepar argil » 20 sept. 2012, 21:38

Merci pour les tuyaux Aurèle, j'avoue que j'avais été bluffé par ton papier d'artichaut,

Quelques images pour illustrer ma propre technique pour la pâte à papier :

D'abord la confection de la lessive de cendre (moins polluant que la soude, après la cuisson, un simple rinçage suffit) :
après mélange d'un quart de seau de cendre et d'un quart de seau d'eau je laisse reposer pour que ça décante

Ensuite je filtre d'abord à travers un filtre à café puis à travers un linge

Pour obtenir une belle lessive de cendre bien dorée :



Ensuite la récupération des écorces : voici les rameaux dans la poissonnière prête à prendre la vapeur

"l'épluchage" de l'écorce

et je "gratouille" au couteau pour récupérer le liber

l'opération pouvant être longue, les écorces trempent pour ne pas sécher



Réunion de la lessive de cendre et du liber dans la marmite : les voila avant cuisson

et après




Maintenant je passe au nettoyage, d'abord un petit rinçage

puis je retire à la main les impuretés

à droite dans le bocal la pâte et à gauche dans la cuvette l'eau avec des saletés qui y sont restées




Puis au battage de la pâte : avant

essorage pour éviter de trop éclabousser l'opérateur

après essorage voici ma pâte sur une plaque de marbre

et la voici après un premier battage

je refais une boule et je rebats deux à trois fois.

Le test pour vérifier si la pâte est prête : 1 - ça ne ressemble plus à une assiette de grosses tagliatelles mais à une pâte homogène 2- si on en met une partie

dans un bocal d'eau

et qu'on secoue elle se dissout en une multitude de fibre en suspension (ça ressemble presque à un nuage)



Contrairement à ce que je pensais, le battage est l'étape la plus simple et la plus rapide (du coup, j'avoue que je ne vois plus très bien à quoi sert une pile hollandaise, du moins pour la fabrication de pâte à partir d'écorces). La plus longue et la plus difficile c'est le "gratouillage" pour récupérer le liber. Il faut bien compter deux heures pour la quantité de pâte ci dessus.

Prochaîne étape le moulage des feuilles.... je vous tiens au courant...

Avatar de l’utilisateur
gachepapier
Ori Sensei
Messages : 2640
Enregistré le : 26 mai 2008, 11:14
skype :
Localisation : plus à l'Est
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Fabriquez votre propre papier !

Messagepar gachepapier » 20 sept. 2012, 21:52

Ah ouais, là j'attends la suite avec impatience ! Merci !!!
gachepapier

mon blog.

Avatar de l’utilisateur
Pitof
Ori Sensei
Messages : 3197
Enregistré le : 07 juin 2011, 07:36
skype :
Localisation : pliagedepapier.com
Status : Hors ligne

Re: Fabriquez votre propre papier !

Messagepar Pitof » 20 sept. 2012, 22:33

:bow: :kiss: :bow: :kiss: :bow: :kiss: :bow: :kiss:
J'avoue que les histoires de soude caustique d'Aurèle m'avait un peu refroidi :shock: . Mais là, tu me remet du beaume au coeur. Merci Argil pour ce photo-reportage.
A court d'idées ou envie de progresser... faites un tour ici

Avatar de l’utilisateur
aurele
Ori Sensei
Messages : 2856
Enregistré le : 10 sept. 2005, 21:39
skype : aurele.duda
Localisation : Metz (57)
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Fabriquez votre propre papier !

Messagepar aurele » 20 sept. 2012, 22:53

argil a écrit :J'avoue que les histoires de soude caustique d'Aurèle m'avait un peu refroidi

Ah, les ravages de l'industrialisation :mrgreen: sinon la lessive de soude marche aussi dépendant des fibres.

argil a écrit :D'abord la confection de la lessive de cendre (moins polluant que la soude, après la cuisson, un simple rinçage suffit) :

Ah, donc tu fais quand même une cuisson alcaline, tu me rassures !

argil a écrit :Puis au battage de la pâte

Il manque juste une photo avec ton outil à battre !

argil a écrit :du coup, j'avoue que je ne vois plus très bien à quoi sert une pile hollandaise, du moins pour la fabrication de pâte à partir d'écorces

Ben tout dépend de la quantité : avec la pile hollandaise, tu peux préparer une grande quantité de fibre d'un coup, ce qui te permet de faire de nombreuses feuilles de papier. Pour des tests ou des très petites production, la méthode manuelle reste la meilleure (de toute manière, la pile réclame d'être chargée à une certaine capacité pour fonctionner.
Je n'ai jamais utilisé ma pile hollandaise qu'avec des fibres de production industrielle, de la paille et deux trois autres trucs.
Ça ne fonctionne pas non plus avec les très longues fibres de kozo, pour lesquelles le battage manuel est le meilleur.

Pour exemple, voici la quantité de feuille A5 qu'on peut produire avec un chargement de la pile :





argil a écrit :La plus longue et la plus difficile c'est le "gratouillage" pour récupérer le liber. Il faut bien compter deux heures pour la quantité de pâte ci dessus.

J'ai vu que tu utilisais un couteau pour ça. Moi j'utilisais un coquillage sur les morceau de strelitzia, parce qu'avec le bord légèrement ondulé, le grattage était beaucoup plus rapide. à voir...

Merci pour les photos en tout cas, j'espère que ça donnera envie à beaucoup d'essayer !

Avatar de l’utilisateur
argil
Ori Sensei
Messages : 2297
Enregistré le : 30 mars 2009, 00:10
skype :
Localisation : MARMANDE. A gauche après le pont
Status : Hors ligne

Re: Fabriquez votre propre papier !

Messagepar argil » 21 sept. 2012, 08:34

Pitof a écrit :J'avoue que les histoires de soude caustique d'Aurèle m'avait un peu refroidi


Oui, moi aussi j'avais été refroidi par la soude caustique, surtout au point de vue de la pollution et de la nécessité d'utiliser beaucoup d'eau pour le rinçage. Ceci dit, attention, la lessive de cendre pour être un produit naturel et beaucoup moins corrosive de la soude n'est pas totalement anodine. Pour ceux qui se lanceront, au moment de la fabrication, mettez un masque afin de ne pas respirer la cendre sortie de la cheminée lorsqu'on la tamise, évitez de respirer les vapeurs lors de la cuisson (ça ne vous tuera pas mais peut vous provoquer un bon mal de tête voire des vomissements). On se rend compte quant même que c'est légèrement corrosif en mettant ses mains dedans, si on a une petite plaie ça pique et on sent que c'est pas l'idéal pour la peau.

Enfin pour la petite histoire et pour ceux qui ont la chance d'habiter au bord de la mer, d'après certaines infos obtenues sur wikipedia on peut obtenir une lessive beaucoup plus corrosive (contenant de petite quantité de soude naturelle), en utilisant de la cendre d'algues http://fr.wikipedia.org/wiki/Carbonate_de_sodium

Edit : outre les algues on peut utiliser certaines plantes : http://fr.wikipedia.org/wiki/Salsola comme la salicorne http://fr.wikipedia.org/wiki/Salicorne pour les gastronomes qui comme moi adorent les salicorne mais pestent contre la préparation (trier les parties tendres et dures des salicornes c'est pire qu'un écossage de haricots 3 heures de temps pour un repas pour 4) au moins la on sait qu'on pourra aussi récupérer les déchets.

aurele a écrit :Il manque juste une photo avec ton outil à battre !


Non Monsieur, il ne manque rien : regarde bien sur la gauche de la photo après le premier battage, sur le côté droit complètement surexposé, on peut apercevoir le manche de pioche :jap:

J'ai vu que tu utilisais un couteau pour ça. Moi j'utilisais un coquillage sur les morceau de strelitzia, parce qu'avec le bord légèrement ondulé, le grattage était beaucoup plus rapide. à voir...


:shock: coquillage plus lessive de cendre... déja que les voisins me trouvent ...euh..."original" :mrgreen: ça va être du paléopapier :wink:

Avatar de l’utilisateur
-sebl-
Ori Sensei
Messages : 4037
Enregistré le : 16 nov. 2010, 21:57
skype :
Localisation : Eure et Loir
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Fabriquez votre propre papier !

Messagepar -sebl- » 21 sept. 2012, 10:47

vivement la suite :yipi:
ça donne envie de franchir le pas mais on voit que ça prend énormément de temps tout ça ...
mon flickr


Besoin d'en découdre à coup de bouts d'papiers ? ne cherchez plus c'estici

Avatar de l’utilisateur
argil
Ori Sensei
Messages : 2297
Enregistré le : 30 mars 2009, 00:10
skype :
Localisation : MARMANDE. A gauche après le pont
Status : Hors ligne

Re: Fabriquez votre propre papier !

Messagepar argil » 25 sept. 2012, 13:55

Je suis certains qu'en lisant mes précédents posts vous vous êtes dits : "fabriquer de la pâte à papier c'est bien mais quel intérêt ?".

Je vous rassure fabriquer de la pâte à papier n'était pas le but en soi mais avant de fabriquer des feuilles il me fallait une certaine quantité. Il me fallait aussi concevoir et fabriquer l'équipement pour mouler les feuilles et le tout pour un budget acceptable.

Voila donc le matériel

J'ai trouvé le bac en plastique chez gifi (la plus grande taille environ 20 €) il me sert de cuve et de rangement du matériel, les cadres sont bricolés pour l'un à partir de tasseaux, 2 € un tasseau et 2 € de vis et cornière, l'autre est un cadre de peintre (6 €) ou j'ai enlevé la toile (vu mes capacités en bricolage et mon outillage :roll: , si je l'ai fait tout le monde peut le faire), les feutres viennent de chez castorama (produit isofeutre 10 feuilles d'un metre sur 50 cm environ 15 €). Investissement total = un peu plus de 40 €

Pour commencer j'ai choisi de tester la méthode coréenne (on verse la pâte dans le moule). Je suis parti de l'hypothèse que cette méthode était la plus économique.


Je commence avec ma dernière pâte composée de noisetier, noyer, mimosa, toutes essence pour lesquels les tests n'ont pas été très concluant (difficile de récupérer le liber) et figuier (pour compléter). Comme c'est composite, je ne sais pas ce qui lui a donné cette couleur marron

la pâte à un peu de mal à se répartir et je suis obligé de retirer une sorte de pelote de pâte qui me faisait un gros tas au milieu

comme vous le voyez la répartition de la pâte n'est pas homogène

voila le résultat.

Comme je l'ai écrit plus haut, je suis un peu revenu de l'idée : fibre longue = bon papier : voila une très belle pâte d'ortie, fibre plus longue qu'avec le figuier et qui s'est transformée en pelote quant je l'ai versé

je la remet dans son bocal avec le gros morceau de la pâte précédente et je la garde pour la fin.

Maintenant réalisation d'une feuille avec la pâte de liber de figuier

La encore la répartition ne se fait pas de façon automatique et homogène

mais on y arrive (méthode = on se démerde)



Après avoir réalisé trois feuille de plus avec la pâte de figuier, je me suis bagarré avec ma pâte ortie + le gros morceau de pâte composite du début qui faisait aussi une pelote, voila ce que ça a donné quant j'ai versé

La pâte ne se ne se répartissait pas, alors j'ai "tricoté"

et voila le résultat une fois sorti de l'eau

et sur le feutre



Pour faire sécher plus vite j'ai redémoulé chacune des feuilles sur un feutre sec (je passe la dessus, ceux qui sont intéressé pourront en voir plus dans ma galerie.

Résultat final : 6 feuilles dont 4 à droite de liber de figuier, à gauche en haut l'ortie + la pâte composée et en bas à gauche la pâte composée (toutes les écorces essayées plus du figuier pour avoir une quantité suffisante)



Comme vous le voyez le problème se situe au niveau de la répartition des fibres qui ont tendance à faire des paquets, une fois sec ça se voit moins mais il reste un problème de densité de la feuille qui n'est pas homogène, le problème vient à mon avis de plusieurs facteurs mais je ne peux faire que des hypothèses et il me faudra d'autres expériences pour trouver une solution. Si vous avez un avis, éclairé ou non, sur la question n'hésitez pas.

Les essais à venir : traitement au MC de certaines de ces feuilles et tests de pliage pour tous, test de réalisation avec la méthode japonaise (sur lattes de bambou ce qui devrait ralentir l'écoulement de l'eau et donc permettre peut être une meilleure répartition). Donc pour ceux qui sont intéressés, à bientôt pour la suite et merci pour vos commentaires.

Avatar de l’utilisateur
aurele
Ori Sensei
Messages : 2856
Enregistré le : 10 sept. 2005, 21:39
skype : aurele.duda
Localisation : Metz (57)
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Fabriquez votre propre papier !

Messagepar aurele » 25 sept. 2012, 14:32

argil a écrit :les feutres viennent de chez castorama (produit isofeutre 10 feuilles d'un metre sur 50 cm environ 15 €).

Tu peux utiliser des serpillères, ça marche aussi très bien.

argil a écrit :Comme je l'ai écrit plus haut, je suis un peu revenu de l'idée : fibre longue = bon papier

Fibre longue = bon papier très difficile à faire ! en diminuant la longueur des fibres par un battage plus important, ou en mêlant fibres longues + fibres courtes.

argil a écrit :Pour faire sécher plus vite j'ai redémoulé chacune des feuilles sur un feutre sec

C'est beaucoup mieux de coucher les feuilles sur un feutre humide, voire mouillé : Il y a moins de rique que la feuille n'adhère pas sur le feutre. C'est mieux aussi de faire une petite pile de feutre en dessous du feutre de couchage pour augmenter la pression que tu effectues sur la feuille.

argil a écrit :Comme vous le voyez le problème se situe au niveau de la répartition des fibres qui ont tendance à faire des paquets,

Avec la méthode coréenne (ou népalaise non ?), c'est pas facile. Il faudrait év. une couverte plus haute pour que les fibres aient plus d'espace de liberté avant de tomber sur le tamis.

argil a écrit :il me faudra d'autres expériences pour trouver une solution

Des années ;-) Un peu de mucilage en plus ne sera pas du luxe. à défaut de tororo-aoi, tu peux essayer (histoire que tes voisins se posent acore plus de question, avec de l'okra (du gombo) qui contient une bonne dose de mucilage.

test de réalisation avec la méthode japonaise (sur lattes de bambou ce qui devrait ralentir l'écoulement de l'eau et donc permettre peut être une meilleure répartition).

Ouhlà ! commence plutôt par essayer la méthode occidentale qui est un mix des deux (tu plonges le cadre avec un tamis standard au lieu de la natte de bambou) : la méthode japonaise est très complexe et nécessite obligatoirement et un geste complexe du mucilage pour fonctionner.

]Je ne vois pas bien ce que tu as mis sur ton moule pour retenir la fibre : du feutre ? du tissu ?
Bravo pur tout ça, si en plus tu prends ton pieds comme moi lors de mes premiers essais !

Avatar de l’utilisateur
argil
Ori Sensei
Messages : 2297
Enregistré le : 30 mars 2009, 00:10
skype :
Localisation : MARMANDE. A gauche après le pont
Status : Hors ligne

Re: Fabriquez votre propre papier !

Messagepar argil » 30 sept. 2012, 15:47

Voici quelques pliages tests réalisé avec mon papier



La boite avec du papier brut, les grues et la tomate avec du papier passé au MC. Bon, soyons clairs : ce papier n'est pas une réussite pour l'origami : le passage au MC a été difficile (une feuille massacré), c'est possible, contrairement au papier de soie trop fin, mais il faut un peu d'expérience, de délicatesse et un ratage est possible. Quant au pli, le papier est résistant, mais ne marque pas bien le pli. Il est plus agréable de plier du papier imprimante. D'autres tests vont suivre avec des pliages plus complexes.

aurele a écrit :Tu peux utiliser des serpillères, ça marche aussi très bien.

Des serpillères :shock: celle que je connais sont rugeuses et tout sauf plates : tu parles sûrement d'un type particulier de serpillères ?

Je ne vois pas bien ce que tu as mis sur ton moule pour retenir la fibre : du feutre ? du tissu ?

Une sorte de grillage plastique dont je ne connais pas l'origine, taille des mailles comparable à celles d'une moustiquaire mais c'est beaucoup plus rigide


Ouhlà ! commence plutôt par essayer la méthode occidentale qui est un mix des deux (tu plonges le cadre avec un tamis standard au lieu de la natte de bambou)


Excellent conseil, merci ! J'ai mis en pratique ce matin : j'avoue qu'au début j'étais dubitatif. J'avais peu de pâte et je pensais qu'il y aurait beaucoup de pertes. Que nenni, simplement à partir de la deuxième feuille, j'ai fait deux couches et pour la dernière j'ai dû en faire trois ou quatre (J'ai fini par verser le reste de l'eau et de pâte sur le tamis pour faire la dernière couche. Bilan : 4 feuilles, beaucoup plus homogènes que les précédentes



Un peu de mucilage en plus ne sera pas du luxe. à défaut de tororo-aoi, tu peux essayer (histoire que tes voisins se posent acore plus de question, avec de l'okra (du gombo) qui contient une bonne dose de mucilage.


Steuplé, M'sieur Aurèle, une petite recette pour le mucilage :wink: (en attendant que j'ai reçu le bouquin que tu as recommandé).

Mes essais vont maintenant être plus rares du fait du manque de matière première, les derniers rameaux de figuier sur lesquels j'ai cherché à prélever de l'écorce se sont révélés très radins. Le liber colle au bois, je pense qu'il doit y avoir une question de saison pour effectuer la récolte car c'est vraiment un changement par rapport à il y a un mois.

Mais j'ai eu une excellente surprise, j'avais planté dans mon jardin en avril - mai 5 pieds de chanvre (textile !) je les ai récoltés début septembre et mis à rouir depuis. Ce matin je les ai sortis de l'eau (odeur insoutenable, peut être pire que le purin d'ortie) et la ça a été une merveille. Je n'ai pas résisté et fait quelques photos

Voila d'abord ce que ça donne, pas très ragoutant n'est ce pas ? :?



Mais regardez la qualité de cette fibre

et la facilité avec laquelle on l'enlève

en moins d'une demi heure j'en ai obtenu plus que la totalité de mes essais précédents (tout confondu figuier, noisettier, tilleul, murier platane, etc....)

Voila ce que j'ai obtenu



Je la fais cuire à la lessive de cendre prochaînement et bien sûr, si il y en a encore qui sont intéressés, je vous tiens au courant.

Avatar de l’utilisateur
Pitof
Ori Sensei
Messages : 3197
Enregistré le : 07 juin 2011, 07:36
skype :
Localisation : pliagedepapier.com
Status : Hors ligne

Re: Fabriquez votre propre papier !

Messagepar Pitof » 30 sept. 2012, 17:55

argil a écrit :Voila d'abord ce que ça donne, pas très ragoutant n'est ce pas ? :?

En tout cas, pour l'odeur, ici, ça va :lol:

argil a écrit :Je la fais cuire à la lessive de cendre prochaînement et bien sûr, si il y en a encore qui sont intéressés, je vous tiens au courant.

Tu déconnes ou quoi, pour moi, c'est mieux qu'un roman policier.... :bow:
A court d'idées ou envie de progresser... faites un tour ici

Avatar de l’utilisateur
Alexis
Ori Sensei
Messages : 2038
Enregistré le : 29 nov. 2007, 22:14
skype :
Localisation : Lille
Status : Hors ligne

Re: Fabriquez votre propre papier !

Messagepar Alexis » 30 sept. 2012, 18:06

Surtout ne t'arrêtes pas. C'est très intéressant.

Avatar de l’utilisateur
aurele
Ori Sensei
Messages : 2856
Enregistré le : 10 sept. 2005, 21:39
skype : aurele.duda
Localisation : Metz (57)
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Fabriquez votre propre papier !

Messagepar aurele » 01 oct. 2012, 07:56

Excellent conseil, merci ! J'ai mis en pratique ce matin : j'avoue qu'au début j'étais dubitatif. J'avais peu de pâte et je pensais qu'il y aurait beaucoup de pertes. Que nenni, simplement à partir de la deuxième feuille, j'ai fait deux couches et pour la dernière j'ai dû en faire trois ou quatre (J'ai fini par verser le reste de l'eau et de pâte sur le tamis pour faire la dernière couche. Bilan : 4 feuilles, beaucoup plus homogènes que les précédentes.


Tant mieux ! La méthode occidentale demande plus de fibres dans le bac pour récupérer une bonne feuille d'un coup : la formation de la feuille en plusieurs couche est une part de la méthode japonaise.
Le plus intéressant c'est d'utiliser un bac avec beaucoup de fibres et un mucilage pour augmenter l'épaisseur de l'eau : tu récupères un grosse masse avec ton moule et tu as le temps, lorsque l'eau s'écoule, de rejeter le trop-plein pour conserver la part qu'il te faut pour la feuille. Ce qui nous amène à la question suivante :

Steuplé, M'sieur Aurèle, une petite recette pour le mucilage :wink: (en attendant que j'ai reçu le bouquin que tu as recommandé).


Tu achètes 2-3 fruits de gombo (okra) - on en trouve chez Grand Frais ou de magasins vendant de la nourriture africaine - dont tu enlèves les grains. Tu les places dans un collant ou une gare tu fais mariner pendant une nuit dans cinq fois son volume d'eau. Le lendemain tu retires les morceaux d'okra et tu auras normalement un mucilage prêt à l'emploi. à utiliser assez rapidement.
Tu peux faire la même chose avec des racines de rose trémière ou de mauve, c'est d'ailleurs ce mucilage-là qui est utilisé traditionnellement.

Avatar de l’utilisateur
argil
Ori Sensei
Messages : 2297
Enregistré le : 30 mars 2009, 00:10
skype :
Localisation : MARMANDE. A gauche après le pont
Status : Hors ligne

Re: Fabriquez votre propre papier !

Messagepar argil » 06 oct. 2012, 23:02

Je suis sûr que vous attendez impatiemment des nouvelles. Cette semaine, je vais plutôt évoquer des déceptions même si le tout progresse et que j'ai aussi quelques satisfactions à partager.

D'abord le papier réalisé la dernière fois vous l'avez vu en cours de séchage : ta..dam le voila sous forme de rose de Naomiki :


Bien sûr ceux qui suivent vont s'interroger, voyons une rose :he: avec quatre feuilles :what: eh oui vous avez subodoré la première déception : après la rose, j'ai passé les trois feuilles restantes au MC et la : seulement deux survivantes qui ont souffert du traitement

Ce papier ressemble d'ailleurs assez à ce niveau au papier murier du commerce, il boit le MC mais il est alors difficile à manipuler car il a tendance à s'effilocher. Au total sur trois feuilles qui me restait d'environ 50 cm de côté chacune, j'ai pu sauver deux carrés de 21,5 et 21 ... La productivité est en baisse mon pauv'monsieur :bah:

Deuxième déception : le chanvre ; la fibre était belle, elle l'était encore après cuisson et avant le battage

et elle l'était encore après battage même après la raclée que je lui ai mis (j'en ai même cassé ma plaque de marbre)

autant essayer de faire du papier avec de la ficelle sisal ! j'ai remis la fibre à trempouiller en espérant que ce séjour humide lui adoucira le caractère

et en adressant intérieurement toutes mes excuses à cette chère pile hollandaise que j'ai injustement méprisée dans mon dernier compte rendu.

Troisième déception : une expérience avec l'ortie ne donnait pas les résultats escomptés : le but du jeu : récupérer plus de fibres, avec moins de travail et faire une soupe en plus. L'hypothèse de départ : ma fibre d'ortie est belle mais longue et je me contenterais donc de fibres plus courtes et de moindre qualité, je devrais pouvoir les trouver dans les jeunes feuilles et les pousses terminales qui n'ont pas eu le temps de trop se lignifier.

Ben oui mais... sur le papier, c'est très beau ... sauf qu'à l'arrivée, voila ce que j'obtiens comme fibre

, elle n'est pas homogène, pas propre (pour la petite histoire, même la soupe n'était pas super bonne) : la méthode serait donc à oublier ... pour la fibre oui, mais j'obtiens quant même quelque chose d'intéressant, j'y reviendrai plus bas...


Donc quelques déceptions mais réjouissez vous mes amis, au fond du tunnel on ne peut que remonter vers la lumière :yipi:
Celle ci m'est apparue alors même que je me désespérais de trouver du gombo à MARMANDE pour expérimenter la recette de mucilage d'aurèle et que je me promenais dans mon jardin

Ayant quelques intérêts en botanique, je crois reconnaître le suspect (ça c'est pour les amateurs de roman policiers :wink: ) une petite vérification me confirme son identité : malva sylvestris dite également mauve sylvestre, grande mauve, [s]pépée la mauvko[/s] (euh non la je m'égare )

après quelques recherches à 4 pattes et le nez par terre j'en déniche suffisamment pour récolter des spécimens qui ne sont pas en floraison et mettre en pratique les bons conseils de notre administrateur bien aimé

Couper la mauve en petits morceaux est ... euh .... sportif, en raison de la dureté de la racine mais on y arrive

et la macération peut commencer



Notre administrateur était un peu optimiste, une nuit n'a pas suffi pour donner le mucilage espéré. Il a fallu au moins trois jours avant de voir l'eau se troubler et s'épaissir (un tout petit peu hein c'était loin d'avoir une consistance gélatineuse)

Donc j'avais le mucilage

manquait la pâte. Et c'est la qu'intervient à nouveau Aurèle qui décidément aura été jusqu'au bout mon bienfaiteur cette semaine :kiss: notamment en m'envoyant un colis contenant de la fibre papetière d'abaca toute prête

ainsi que plein d'autres choses super intéressantes (j'y reviendrais aussi, ben oui, faut quant même un peu de suspens :mrgreen: )

Et c'est d'ailleurs à ce stade que je fais cesser l'attente insoutenable et vos interrogations perplexes sur ce sujet passionnant : que peut on tirer de l'ortie qui ne soit pas des fibres ..... voyons.... voyons .... de la chlorophylle bien sûr, si je peux en même temps tester ce pigment naturel facile à extraire pourquoi s'en priver ? Voila donc réunis la chlorophylle (en fait le jus de l'ortie), le mucilage et l'abaca

Vu comme ça, ça fait un peu cuisine du diable (tiens d'ailleurs le voisin me regarde encore avec un drôle d'air) mais comme ça c'est tout de suite plus sympathique

et je mets encore en pratique les bons conseils de l'admin en couchant mes feuilles sur des serpillères (une lisse, hein, pas les espèces de trucs tout rugueux qui me gaufrerait ma feuille)

et je mets sous "pression" (c'est un peu léger mais j'ai pas mieux

A l'heure ou je vous parle, le séchage est encore en cours (la feuille A4 est la pour donner une idée de la taille)



Et le reste du colis d'Aurèle me direz vous ??? patience ... patience... :twisted: tout vient à point à qui sait attendre, je garde ce sujet pour la prochaine fois.

Avatar de l’utilisateur
Pitof
Ori Sensei
Messages : 3197
Enregistré le : 07 juin 2011, 07:36
skype :
Localisation : pliagedepapier.com
Status : Hors ligne

Re: Fabriquez votre propre papier !

Messagepar Pitof » 07 oct. 2012, 09:19

Encore... :yipi:

Il y a quand même une question de saison, non? Si c'est comme la soupe d'ortie, c'est meilleur avec les nouvelles orties du printemp qui sont plus tendres... Faudra réessayer dans quelques mois :siffle:
A court d'idées ou envie de progresser... faites un tour ici

Avatar de l’utilisateur
aurele
Ori Sensei
Messages : 2856
Enregistré le : 10 sept. 2005, 21:39
skype : aurele.duda
Localisation : Metz (57)
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Fabriquez votre propre papier !

Messagepar aurele » 08 oct. 2012, 18:02

Pitof a écrit :Il y a quand même une question de saison, non? Si c'est comme la soupe d'ortie, c'est meilleur avec les nouvelles orties du printemp qui sont plus tendres... Faudra réessayer dans quelques mois :siffle:


J'adore ces réflexions de gastronome ! :yipi: Heureusement pour les utilisateurs d'ortie, l'ortie pour le papier se cueille en été-automne, comme ça la récolte du printemps peut servir pour la soupe !
C'est du moins (parce que je n'ai pas essayé de mon côté) ce qu'indique Lilian A. Bell dans son recueil Plant fibers for papermaking, Liliaceae Press, 8e ed, 1995, p. 87.
Elle note aussi que les fibres d'orties étaient utilisées (le sont toujours ?) par les fabricants au Népal pour tisser le tamis de le moule à papier... C'est beau n'est-ce pas, une feuille fabriquée avec un moule de la même fibre ? :lov:


Retourner vers « Matériaux »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Bing [Bot]