OrigamiUSA Convention 2018

Annonces ou compte-rendus d'expositions, performances, ateliers, conventions, etc
Avatar de l’utilisateur
Viviane
Ori Sensei
Messages : 1674
Enregistré le : 30 mai 2011, 14:14
skype :
Localisation : Toulouse
Contact :
Status : Hors ligne

OrigamiUSA Convention 2018

Messagepar Viviane » 24 avr. 2018, 16:33

Pour la première fois, j'assisterai cette année à la célèbre convention américaine, à New York, du 22 au 25 juin, car Origami USA m'a fait le grand honneur de m'y inviter aux côtés d'Akiko Yamanashi.

Toutes les infos sont ici :

https://origamiusa.org/convention2018

Robert et Inès vont m'accompagner, et j'aurai le plaisir d'y retrouver Mélisande* francophone, membre de notre forum, infatigable reporter internationale et habituée des lieux !

Y aura-t-il d'autres francophones à cette convention ? (Pour le moment, je compte 4 sur 600, c'est tout petit... :hi: )

J'ai le trac. Après avoir lu le reportage de Nick Robinson, je me prépare au gigantisme de la ville, du nombre de participants, des pliages de concours...

Je suis en train de me renseigner sur les protocoles de valises et formalités américaines, et j'espère que tout se passera bien pour mon expo.

Reportage et photos à venir :D

Avatar de l’utilisateur
Origamimi
Ori Sensei
Messages : 1402
Enregistré le : 05 juin 2006, 17:07
skype :
Localisation : 7 = 3 4
Contact :
Status : Hors ligne

Re: OrigamiUSA Convention 2018

Messagepar Origamimi » 24 avr. 2018, 16:48

Congratulations!

Viviane a écrit :J'ai le trac. Après avoir lu le reportage de Nick Robinson, je me prépare au gigantisme de la ville, du nombre de participants, des pliages de concours...

Pour ce qui veulent savoir, c'est par là : http://origami.me.uk/ousa-2014/

Avatar de l’utilisateur
Viviane
Ori Sensei
Messages : 1674
Enregistré le : 30 mai 2011, 14:14
skype :
Localisation : Toulouse
Contact :
Status : Hors ligne

Re: OrigamiUSA Convention 2018

Messagepar Viviane » 25 avr. 2018, 09:07

Merci Origamimi ! Il faut toujours mettre des liens, entre les sites, et entre les personnes :D

Avatar de l’utilisateur
madfolder
Ori Sensei
Messages : 2518
Enregistré le : 02 mai 2009, 16:48
skype :
Localisation : ZORG / replis interstellaire en Normandie
Contact :
Status : Hors ligne

Re: OrigamiUSA Convention 2018

Messagepar madfolder » 25 avr. 2018, 12:55

félicitation :!:

Une chose m' intrigue sur la page de OUSA : je ne vois que 2 invités :?:

Est ce le fait que les annonces ne sont pas finalisées (juin étant bientôt) :?:
La poésie s' écrit sur le papier. Chez nous, le papier devient poésie !
le plieur fou

ma page forum

Avatar de l’utilisateur
Origamimi
Ori Sensei
Messages : 1402
Enregistré le : 05 juin 2006, 17:07
skype :
Localisation : 7 = 3 4
Contact :
Status : Hors ligne

Re: OrigamiUSA Convention 2018

Messagepar Origamimi » 25 avr. 2018, 15:39

madfolder a écrit :Une chose m' intrigue sur la page de OUSA : je ne vois que 2 invités :?:

Est ce le fait que les annonces ne sont pas finalisées (juin étant bientôt) :?:

La réponse à ta question figure indirectement dans les archives des conventions passées.
Leurs pages sont accessibles via https://origamiusa.org/conventions_archives.

On s'aperçoit qu'au moins depuis 2008, il y a seulement 2 invités et même certaines années, il n'y en a eu qu'un seul :
— 2008, Max Hulme et Nicolas Terry https://origamiusa.org/convention2008
— 2009, Carmen Sprung et Dave Brill https://origamiusa.org/convention2009
— 2010, Roman Diaz https://origamiusa.org/convention2010
— 2011, Toshikazu Kawazaki https://origamiusa.org/convention2011
— 2012, Sipho Mabona et Dennis Walker https://origamiusa.org/convention2012
— 2013, Jorge Pardo et Ralph Konrad https://origamiusa.org/convention2013
— 2014, Nick Robinson et Isa Klein https://origamiusa.org/convention2014
— 2015, Sara Adams et Hoang Tien Quyet https://origamiusa.org/convention2015
— 2016, Kade Chan et Tomoko Fuse https://origamiusa.org/convention2016
— 2017, Alessandro Beber et Daniela Carboni https://origamiusa.org/convention2017

Avatar de l’utilisateur
madfolder
Ori Sensei
Messages : 2518
Enregistré le : 02 mai 2009, 16:48
skype :
Localisation : ZORG / replis interstellaire en Normandie
Contact :
Status : Hors ligne

Re: OrigamiUSA Convention 2018

Messagepar madfolder » 25 avr. 2018, 16:19

Merci pour cette information , qui m' étonne vu le contexte "américain", le nombres de participants , la taille de la convention , je suis étonné qu'ils aillent dans ce sens et c'est surement pas une mauvaise chose je trouve.
La poésie s' écrit sur le papier. Chez nous, le papier devient poésie !
le plieur fou

ma page forum

Avatar de l’utilisateur
-sebl-
Ori Sensei
Messages : 4101
Enregistré le : 16 nov. 2010, 21:57
skype :
Localisation : Eure et Loir
Contact :
Status : Hors ligne

Re: OrigamiUSA Convention 2018

Messagepar -sebl- » 25 avr. 2018, 17:54

Toute mes félicitations les plus sincères !
C'est tout a fait mérité et tu fera honneur a cette convention j'en suis certain.
J'espère avoir la chance de m'y rendre un jour...
Enjoy
mon flickr


Besoin d'en découdre à coup de bouts d'papiers ? ne cherchez plus c'estici

Avatar de l’utilisateur
Emmanuelle
Ori Master
Messages : 592
Enregistré le : 07 mai 2008, 19:36
skype :
Localisation : Châteauroux 36
Status : Hors ligne

Re: OrigamiUSA Convention 2018

Messagepar Emmanuelle » 25 avr. 2018, 18:18

Félicitations. Tu dois être contente et honorée de cette invitation. Tu vas pouvoir t’entraîner :yipi: :yipi: Avec nous à Aix

Avatar de l’utilisateur
Viviane
Ori Sensei
Messages : 1674
Enregistré le : 30 mai 2011, 14:14
skype :
Localisation : Toulouse
Contact :
Status : Hors ligne

Re: OrigamiUSA Convention 2018

Messagepar Viviane » 26 avr. 2018, 08:32

Merci à tous, vous m'encouragez beaucoup, c'est adorable :kiss:

Sebl, toi et Roberto Gretter, vous êtes mes modèles : les ateliers de Roberto sont totalement zen, même pour des modèles complexes, et toi tu es le plieur le plus disponible, qui rend tous les modèles naturels et agréables, on en oublierait la difficulté du modelage ! J'essaie de marcher dans vos pas !

Emmanuelle, merci de m'offrir la perspective de trouver des cobayes frais à Aix ! J'en ai toujours besoin :D J'ai reconstitué mon stock de papiers africains pour les insectes, il faut que je teste la séquence encore une fois pour vérifier si c'est mieux de la présenter de face ou de profil, j'expliquerai la nuance :mrgreen:

En fait, j'ai été très surprise par cette invitation, et je me sens surtout une grosse responsabilité. J'ai choisi un cap pour naviguer sur cet océan : la joie de plier ensemble :D

Pour le moment : trouver le meilleur système de fixation des modèles dans des cadres sans vitre :jap:

victorien
Ori Master
Messages : 459
Enregistré le : 09 août 2006, 14:26
skype :
Localisation : Brunswick, ME, USA
Status : Hors ligne

Re: OrigamiUSA Convention 2018

Messagepar victorien » 01 mai 2018, 12:41

Je serai probablement présent à New York, j'habite (presque) pas trop loin. Ça fera un français de plus. En tout cas félicitations Viviane!

Avatar de l’utilisateur
Viviane
Ori Sensei
Messages : 1674
Enregistré le : 30 mai 2011, 14:14
skype :
Localisation : Toulouse
Contact :
Status : Hors ligne

Re: OrigamiUSA Convention 2018

Messagepar Viviane » 01 mai 2018, 23:31

:yipi: Quelle bonne nouvelle ! Et je parie que tu parles / comprends parfaitement l'américain ! En cas de doute les Toulousains sauront vers qui se tourner :D
Tu penses exposer ton cerf ? Ce sera bien de le voir en vrai !

victorien
Ori Master
Messages : 459
Enregistré le : 09 août 2006, 14:26
skype :
Localisation : Brunswick, ME, USA
Status : Hors ligne

Re: OrigamiUSA Convention 2018

Messagepar victorien » 02 mai 2018, 00:28

Je me débrouille en anglais oui. J'essaierai aussi d'avoir un coin de table pour exposer quelques modèles. Le tout est encore au conditionnel, mais je serai bientôt fixé :D

victorien
Ori Master
Messages : 459
Enregistré le : 09 août 2006, 14:26
skype :
Localisation : Brunswick, ME, USA
Status : Hors ligne

Re: OrigamiUSA Convention 2018

Messagepar victorien » 19 mai 2018, 15:09

Je confirme que je serai bien à New York pour la convention américaine le samedi et le dimanche. A bientôt!

Avatar de l’utilisateur
Viviane
Ori Sensei
Messages : 1674
Enregistré le : 30 mai 2011, 14:14
skype :
Localisation : Toulouse
Contact :
Status : Hors ligne

Re: OrigamiUSA Convention 2018

Messagepar Viviane » 19 mai 2018, 20:24

:yipi: Extra ! Je compte sur toi pour les comptes rendus, je pense que qu'il me sera impossible de tout voir et de tout comprendre :D

victorien
Ori Master
Messages : 459
Enregistré le : 09 août 2006, 14:26
skype :
Localisation : Brunswick, ME, USA
Status : Hors ligne

Re: OrigamiUSA Convention 2018

Messagepar victorien » 26 juin 2018, 17:47

Voici un petit compte-rendu de ma première convention américaine. Je laisse le soin à Viviane de le compléter quand elle sera rentrée et reposée.

Avant et pendant la convention, j'ai été assez impressionné par la logistique et l'organisation des américains. L'inscription à la convention, les repas, les emplois du temps, les ateliers, la demande de table pour exposer, etc. Tout se fait en ligne en amont.
Je reviens trente secondes sur le système d'inscription aux ateliers. Il faut faire des demandes en ligne avant la convention pour les ateliers auxquels on souhaite assister. Bon. Ensuite, quelques semaines plus tard, on reçoit la liste de ceux auxquels on a été effectivement inscrit. Je ne connais pas les détails de la sélection, mais j'ai été presque chanceux sur toute la ligne dans la mesure où seule une de mes demandes ne m'a pas été accordée. Manque de bol c'est l'atelier de Robert Lang sur un papillon qui m'avait l'air tout à fait intéressant à plier!

Mis à part ça, le système est bien huilé et tout s'est parfaitement bien passé pour moi.

Vendredi : je travaillais, je n'ai donc pas pu profiter de la première journée. Je suis arrivé à New York dans la soirée.

Samedi : N'ayant pas pu installer ma petite expo (je trimballe une quinzaine de modèles dans des boîtes à chaussures) la veille, j'ai rendez-vous avec la responsable de l'expo le matin avant l'ouverture au public. Malgré ma non connaissance du campus où a lieu la convention et le nombre plus que conséquent de participants, je parviens à récupérer mon badge et mon sac de matériel assez rapidement en arrivant puis à m'orienter pour me rendre à la salle d'expo et installer vite vite ma demi-table (je m'aperçois maintenant que je ne l'ai même pas prise en photo !). Le temps de croiser Michael Lafosse et de papoter 2 minutes avec lui (rencontre avec une légende n°1) et je me rends à mon premier atelier : un bison étiqueté complexe de William Hartman. Le modèle est agréable à plier et parvient en réalité à rester relativement simple jusqu'au bout. L'auteur et enseignant est très sympa et l'ambiance est détendue dans la salle. Le temps manquera à une majorité de participants pour terminer le modèle. Je l'ai pour ma part plié en un peu plus de 45 minutes sans me presser. William Hartman a eu la gentillesse d'envoyer le diagramme du modèle par email afin que chacun puisse le finir. Un beau geste.

Je parviens à retrouver Viviane et ses compagnons français dans le grand réfectoire à midi, juste après ma rencontre avec une légende n°2 : Robert Lang en personne.

Après le repas, direction mon second atelier de la journée : une raie pastenague de Winston Lee. Le modèle est bien conçu et demande d'être plié humide pour un résultat optimal. Nous n'aurons pas l'occasion de nous y essayer, tout le monde plie dans du kami. Certaines étapes sont à réaliser sous plusieurs épaisseurs de papier et un certain nombre de participants est en galère. On perd du temps et nous n'auront cette fois pas la possibilité de finir le modèle. Pas de problème, Winston Lee, un auteur vraiment sympa, nous envoie lui aussi le diagramme! Je terminerai ma raie le soir dans ma chambre d'hôtel. J'aurai l'occasion un peu plus tard de discuter de son travail avec Winston Lee devant sa table d'expo. Ses animaux marins sont tout bonnement géniaux.

Dernier atelier de ce samedi, l'insecte avec tissu africain de Viviane qui m'embauche comme traducteur officiel en cas de panique. Elle s'en sortira très bien et presque sans moi! Le modèle est très agréable à plier, mais la vraie découverte c'est la combinaison papier et textile. Extrêmement plaisant à plier humide, ce papier est tout simplement parfaitement adapté au modèle.

la journée terminée, je repasse rapidement par l'expo pour vérifier mes modèles avant de regagner mon hôtel. Je suis accompagné de non-plieurs et je ne peux pas décemment les abandonner pour la fin de journée. Avant de dormir, je termine la raie pastenague de Winston Lee grâce au diagramme. Dans la foulée, je parachève un petit modèle créé sur la route pour la convention à la demande de ma compagne. Je l'ajouterai le lendemain sur ma table d'expo.

Dimanche : Ayant une bonne connaissance du campus maintenant, tout est encore plus facile. Dès mon arrivée (et après être passé par l'expo pour re-vérifier mes modèles) je me dirige vers mon premier atelier : l'ange de mer de... Winston Lee. Encore lui! Le modèle est plus simple que celui de la veille et nous parvenons à aller jusqu'au bout. Là encore le wet folding est la technique la plus adaptée, mais pas le temps, nous plions dans du kami. Rien à dire de spécial, le modèle est bien conçu avec une gestion originale des épaisseurs pour former la queue de la bestiole. C'est un modèle qui réclame pas mal de modelage.

Je déjeune rapidement car je suis de surveillance à l'expo. En sortant du réfectoire, je tiens la porte au gars derrière moi et il commence à discuter avec moi. Il s'avère que ce n'est autre que ma rencontre avec une légende n°3, car je suis en train de papoter avec Jason Ku! Il est détendu et très avenant, discutant de tout et de rien. Bref.
Retour sur l'expo. Chaque exposant est tenu de participer une heure au moins durant la convention pour surveiller les tables et s'assurer que personne ne touche les modèles exposés. Plutôt logique en fait. C'est aussi l'occasion d'échanger, d'écouter et d'observer les gens devant mes modèles pour glaner des infos qui me permettraient de m'améliorer. C'est surtout une fantastique opportunité pour observer en détail le travail des autres exposants, d'échanger avec eux et de mettre des visages sur des pseudos flickr ou autre. Bref, que du bon.

Mon heure de surveillance effectuée, je me rends à mon deuxième atelier du jour : un exocet de John Szinger. Je peux maintenant mettre un visage sur un nom que je connais uniquement grâce à son livre "Origami Animal Sculpture". Le personnage est très sympathique et si j'apprécie d'habitude son travail, le modèle du jour est plutôt moyen. John Szinger se trompe un peu dans ses explications et perd une partie de la salle. On perd du temps et la fin du modèle est un peu expédiée. Pas grave, c'était quand même un bon moment.

Arrive ensuite mon dernier atelier de la journée et de la convention (je reprends l'avion le soir même) : l'archer de Viviane. Une fois de plus je serai traducteur officiel et une fois de plus je ne dirai pas grand chose vu que Viviane assure complètement. Elle parvient à complètement captiver son audience et propose, comme pour l'insecte du samedi, un fonctionnement en deux temps. D'abord une phase d’entraînement en pliage à sec, pendant laquelle chaque étape est expliquée en détail avant d'être réalisée. Ensuite, Viviane fait don de deux feuilles à chaque participant dont une de papier arches format A5 pour plier l'archer mouillé. Je choisis pour ma part un papier italien dont le nom m'échappe complètement mais dont la texture me plaît particulièrement. Je garde le papier arches pour plus tard afin de pouvoir le plier au calme et avec la concentration nécessaire pour ne pas me planter lamentablement! Je réalise donc mon second archer dans le papier italien. Le modèle fonctionne très bien et se plie vite, laissant plein de temps pour s'attarder sur les détails du modelage. Well done Viviane!

L'atelier terminé, c'est l'heure d'aller ranger mes modèles dans leurs boîtes à chaussures car l'expo ferme ses portes. Ensuite, je dis au-revoir aux français et direction l'aéroport. J'y passerai 6 heures, notre avion étant retardé à cause des orages... Bizarrement je n'ai rien plié pendant ce temps!

Cela faisait des lustres que je voulais me rendre à la grand messe américaine de l'origami. J'en reviens satisfait de mon expérience, d'autant plus que j'ai rencontré des légendes et que - cerise sur le gâteau - mes modèles ont eu l'air de plaire. Je regrette juste de ne pas avoir eu le temps de discuter avec plus de gens. Je reste également impressionné par la fréquentation de l'événement. Il y a des salles de classe partout, des dizaines d'ateliers et des centaines de plieurs! Et pourtant il paraît que ce n'est plus rien comparé aux conventions passées... Pour finir, j'encourage ceux qui le peuvent à tenter l'expérience (ou à se faire inviter, il paraît que c'est encore mieux, hein Viviane?!) au moins une fois, ça vaut le détour!

J'ai mis les quelques photos de l'expo que j'ai prises ici
J'ai oublié de prendre la table d'un jeune plieur assez cool avec qui j'ai discuté un peu. Du coup je mets un lien vers son Flickr.
Modifié en dernier par victorien le 27 juin 2018, 13:30, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
rouchka
Ori Master
Messages : 583
Enregistré le : 08 mars 2014, 22:01
skype :
Status : Hors ligne

Re: OrigamiUSA Convention 2018

Messagepar rouchka » 27 juin 2018, 00:23

Comment j'ai pu rater ce post :(
Félicitation Viviane et reviens avec de bon souvenirs :D
"C'est en sciant que Léonard devint scie."
Francis Blanche

Avatar de l’utilisateur
Kaze
Ori Sensei
Messages : 1717
Enregistré le : 20 mars 2007, 14:43
skype :
Localisation : Bordeaux/Lyon
Status : Hors ligne

Re: OrigamiUSA Convention 2018

Messagepar Kaze » 27 juin 2018, 10:09

Merci pour ce compte-rendu Victorien ! Ca a l'air assez impressionnant comme convention :shock:

Avatar de l’utilisateur
Sunburst
Ancien
Messages : 232
Enregistré le : 10 oct. 2006, 00:37
skype :
Localisation : Canada
Status : Hors ligne

Re: OrigamiUSA Convention 2018

Messagepar Sunburst » 28 juin 2018, 05:37

Je regrette de ne pas être venu (faute de frais de transport exhorbitants), car j'aurais bien apprécié venir voir le groupe de Français. Il n'y en avait pas les fois où je suis allé à cette convention.

Victorien: tu n'as pas fait le concours de pliage géant?

Avatar de l’utilisateur
Viviane
Ori Sensei
Messages : 1674
Enregistré le : 30 mai 2011, 14:14
skype :
Localisation : Toulouse
Contact :
Status : Hors ligne

Re: OrigamiUSA Convention 2018

Messagepar Viviane » 28 juin 2018, 17:20

Bravo Victorien, tu as déjà donné beaucoup d'éléments, et encore merci pour tout !
Sunburst, ton reportage antérieur m'a été utile, je dirai pourquoi.
Merci Rouchka, oui je reviens avec de très beaux souvenirs, autant de la convention elle-même que du voyage avant et après. J'ai un très gros tri de photos à faire, et je dois aussi encaisser le second jetlag, bien plus dur que le premier. Rendez-vous la semaine prochaine pour le reportage complémentaire de celui de Victorien :D

victorien
Ori Master
Messages : 459
Enregistré le : 09 août 2006, 14:26
skype :
Localisation : Brunswick, ME, USA
Status : Hors ligne

Re: OrigamiUSA Convention 2018

Messagepar victorien » 29 juin 2018, 03:24

Merci Viviane!
Sunburst : nope, mais j'aurais bien aimé regarder! Une prochaine fois...

Avatar de l’utilisateur
Sunburst
Ancien
Messages : 232
Enregistré le : 10 oct. 2006, 00:37
skype :
Localisation : Canada
Status : Hors ligne

Re: OrigamiUSA Convention 2018

Messagepar Sunburst » 30 juin 2018, 03:02

Dommage, c'est un événement à ne pas manquer dans cette convention.

Viviane: Je me demande bien pourquoi. Je suppose que la convention a été moins stressante que tu pensais! Et je trouve aussi que le décalage horaire est pire quand on voyage vers l'est.

Avatar de l’utilisateur
Viviane
Ori Sensei
Messages : 1674
Enregistré le : 30 mai 2011, 14:14
skype :
Localisation : Toulouse
Contact :
Status : Hors ligne

Re: OrigamiUSA Convention 2018

Messagepar Viviane » 07 juil. 2018, 17:06

Après avoir trié les photos prises par Robert et moi et aussi celles d’Inès pendant plusieurs jours, et retrié avec Robert pour finir, j’ai le plaisir de vous livrer un compte rendu du fabuleux voyage des

3Toulousains qui allèrent plier du papier à New York


Convention 2018 d'OrigamiUSA

Avant le départ

La préparation du voyage a eu lieu sur internet. Nous avons pu nous rendre compte du grand nombre d’équipes actives qui composent OrigamiUSA. Les bénévoles sont très bien coordonnés, compétents, toujours disponibles et aimables, et à notre point de vue, tout a très bien marché du début à la fin.

Pourtant, nous avions un peu d’appréhension, car le website d’OUSA est un immense labyrinthe dans lequel nous nous sentions un peu perdus, à cause de la langue anglaise bien sûr, mais aussi à cause de l’apparition d’un énorme algorithme pour préparer l’attribution des ateliers. Quelques mots d’explication s’imposent, en fait il s’agit de faire face à un casse-tête bien réel : comment répondre aux désirs de 500 participants environ sur 35 ateliers simultanés, limités à 25 places ? (Au final 74 ateliers le samedi, 77 le dimanche et 22 le lundi). Cette année, pour la première fois, cet épineux problème a été confié non pas au hasard, non pas à la sagesse humaine, mais à un algorithme ! Juge impartial, certes, mais froid et impassible… Un long questionnaire avec abondance d’explications permettait à chacun de fournir une longue liste de préférences avec une garantie d’avoir au moins quelques vœux exaucés, et au bout du compte semble-t-il, chacun a eu le sentiment d’un procédé équitable.

Tout cela pour dire qu’avant le départ, à cause de l’ampleur de l’événement, la gestion nous paraissait bien protocolaire et un peu rigide… Fort heureusement, cette impression a totalement disparu dès que nous avons rencontré les personnes bien vivantes et réelles surplace.

Voici le document qui nous a été remis le premier jour de la convention : 15 pages de descriptif des 173 ateliers offerts.

.

Toutes ces informations étant disponibles sur le site d'OUSA avant le départ, Robert en avait fait la traduction intégrale pour Inès, et pour lui et moi, afin de faciliter la lecture !

.


De l’autre côté de l’Atlantique : mercredi et jeudi

Départ de Toulouse mercredi matin vers 11 h et arrivée à New York l’après-midi vers 16 h, par le jeu des fuseaux horaires. Vol très tranquille. Wendy Zeichner, que nous avions rencontrée à Metz en 2016 lors de la convention française, est spécialement venue nous accueillir à l’aéroport. Sa présence nous donne l’illusion d’être en terre connue et pendant le voyage en taxi jusqu’à l’université Saint John, nous bavardons comme si nous nous étions quittés la veille. Autre bonne surprise, le chauffeur de taxi, originaire du Maroc, est parfaitement francophone, et nous continuons la conversation en français jusqu’à l’université, après avoir déposé Wendy chez elle. Notre venue pour une convention internationale d’origami était assez étonnante pour lui, mais son parcours depuis le Maroc en passant par Paris pour venir vivre à New York comme chauffeur de taxi ne manquait pas non plus de romanesque !

A l’université Saint-John, grâce à une synchronisation parfaite de SMS, c’est Jean Baden-Gillette, ancienne présidente d’OUSA, qui nous accueille, accompagnée du précieux Michael Montebello dont nous reparlerons plus tard. Ce dernier se charge immédiatement des valises pendant que nous allons au bureau de l’université nous enregistrer et acquérir nos badges, sésames indispensables de l’accès aux chambres, et au restaurant.

.

Partout sur le campus, des écureuils gris se promènent, ils ne sont pas plus craintifs que les pigeons chez nous

.

.

Nous filons ensuite découvrir nos chambres et rejoindre rapidement la suite 306 où nous rencontrons une équipe d’accueil augmentée de Jan Polish, directrice du comité d’organisation de la convention annuelle d’OUSA, Susan Dugan (qui sera notre guide pour la première journée de visite de la ville de New York, et son époux Michael Montebello, et enfin, Akiko Yamanashi, notre idole à Toulouse, qui parle bien l’anglais et aime communiquer dès le premier abord. Après un léger repas chinois dans le salon de la suite, nous regagnons nos chambres à 21 h 30 heure locale, il est temps de dormir !

.

L’ensemble est très spacieux tout en étant spartiate, car il s’agit de chambres d’étudiants, (merci à Sunburst, nous étions prévenus) 3 chambres doubles avec 2 salles de bains, matelas à housse plastifiée (qui fait du bruit quand on se retourne), climatisation en continu dans un bruit de moteur incessant comme dans tous les endroits de la ville, sauf à Central Park. Mais l’aspect pratique est indéniable, tout fonctionne parfaitement, et même nos petits tracas de plomberie du premier soir seront vite résolus. Il faut savoir que sur la liste des numéros à contacter pendant le séjour, figure un titre : « quelque chose de cassé dans votre chambre » et nous étions persuadés qu’il s’agissait du personnel de l’université, mais que nenni, c’est Michael, le mari de Susan, non plieur, qui sera le factotum des 500 participants pendant la période des 6 jours !

Ce jeudi matin, donc, rendez-vous à 10 h avec Akiko et Susan pour aller prendre notre premier petit déjeuner américain au Dunkin’ Donuts, première étape touristique, découverte du café et beignets typiques. L’équipe est fin prête pour découvrir New York !



Akiko, Susan, Robert et moi, et Inès

Au programme : salutations à la statue de la Liberté depuis le ferry de liaison avec Staten Island, balade dans Manhattan, visite au B & H, temple du matériel photo (pas de folie pourtant cette année… ).
Susan consacre toute sa journée à nous piloter et à nous couver comme une portée de canetons, comptant bien à chaque carrefour que nous soyons au complet. Coiffée d’une casquette pikachu, elle lie conversation facilement avec diverses personnes croisées dans le métro, dans la rue, dans les magasins, et à toute occasion, parle de la convention d’OUSA et présente les deux invitées française et japonaise, en faisant son petit effet à tous les coups. Nous plions ensemble dans le métro, au restaurant, nous offrons des pliages et continuons grâce à Susan la diffusion culturelle. Nous transportons partout avec nous une belle humeur, et la joie de l’origami. Une magnifique journée pour faire connaissance avec Akiko et les coutumes américaines en même temps. Quelques photos pour vous faire partager cette promenade pleine de charme :


Certaines stations de métro sont anciennes, d'autres plus modernes :

.

.

La climatisation est puissante :

.

Une image très connue, mais c'est émouvant de la contempler dans le vent marin

.

Ce voilier ne rappelle-t-il pas des temps plus anciens ?

.

Et voici la fin de cette belle journée

.

Le soir, nous sommes invités à un repas de bienvenue dans un restaurant italien proche de l’université. Une excellente soirée, la cuisine fine et délicieuse nous donnent la nostalgie des conventions du CDO, et les conversations nous absorbent complètement : je suis placée entre Patty Grodner et Jean Baden-Gillette avec lesquelles je fais connaissance tout en m’occupant de traduire pour Inès et en vérifiant avec Robert si je comprends bien. Nous terminons après le service par un premier atelier improvisé du petit chat, suivi de près par une très belle boîte d’une plieuse hollandaise : An De Vries, enseignée par Helma Van Der Linden venue avec l’Écossais Martin Quinn assister à la convention, deux visages connus que nous avons le plaisir de retrouver ici après Tabiano et Tirrenia.




Installation de l’expo et accueil : vendredi

Rendez-vous à 10 h avec Ruthanne Bessman, la responsable de l’expo. Au bout de 2 heures de concentration intense, et assistée de Robert et Inès, j’arrive à installer mes trois tables, voici l’ensemble :



Remarquez-vous les imposants tableaux accrochés au mur ? Comme nous sommes dans un établissement catholique, ce sont des portraits de hautes autorités ecclésiastiques. Le style austère et imposant, les dimensions et l’alignement me font penser à un tribunal du jour du jugement dernier, c’est du moins l’impression que j’ai eu la veille en visitant la salle. Toute la nuit, j’ai rêvé que j’étais retenue par une barrière de lourdes tentures de velours rouge sombre pour accéder à la salle d’expo, et à aucun moment je ne voyais un endroit où poser mes petits objets de papier. Mais aujourd’hui, les reflets dans les vitres de protection effacent ces personnages, et l’œil est très attiré par la multitude de petits objets posés sur les tables.
Tous mes remerciement à Ruthanne, qui est un ange de patience et de douceur, et qui m’a aidée elle aussi (3 assistants en tout pour cette installation!!).


Je suis très heureuse d’avoir emporté le jardin du groupe de Toulouse, constitué peu avant notre départ. On m’a posé des questions à son sujet. Le public a trouvé le projet très sympa.



Pendant ce temps, Akiko a installé sur 3 tables de même dimension, environ 3 fois plus de modèles, car elle crée depuis plus de 25 ans ! Toute seule et tranquillement, elle réalise une présentation parfaite, dans un style classique japonais superbe. Sa maîtrise est telle qu’elle a même plié certains modèles dans sa chambre la veille, un moyen sûr de gérer ses bagages !
Il y a des modèles que nous connaissons et des nouveautés, hors boîtes, des animaux notamment de somptueux éléphants que je rêve d’apprendre à plier.








Au cours de cette matinée, je rencontre John Blackman dont l’expo m’éblouit littéralement. Malheureusement, il n’a pas de site internet, impossible de suivre ses réalisations. Un aimable monsieur me montre des photos de l’expo de l’an dernier sur le thème du haricot magique, absolument splendide !




Je découvre aussi les modèles de Janet Yelle, que j’aurai l’occasion de croiser plusieurs fois grâce au hasard de l’emploi du temps. Inès aura la chance d’assister à ses ateliers





La table de Philip Chapman-Bell dont je ne connais les pliages que par photo m’attire et j’aurai la grande chance de rapporter une de ses « tomates » spéciales, mûre à point !



C’est Mélisande* qui donnera une vision complète de cette salle d’expo, dont la seule comparaison, pour son ampleur, son organisation et son esthétique est celle des conventions italiennes du CDO à ma connaissance.

A la fin de la matinée, Susan vient nous chercher pour trouver un restaurant dans les environs de la fac. Il y en a plusieurs, parfois exotiques, mais notre choix se fixe sur classique du quotidien américain, le Subway.



Il faut prendre en compte un facteur, si vous demandez small size, on vous donne quelque chose d’énorme, mais qui est small size, la preuve par le couvercle !



Retour en ville pour quelques achats, les filles ont besoin d’un sèche cheveux, car nous sommes en 110 volts. Nous trouvons aussi des papiers (oh non!!) et des Crocks à pois colorés !

En deuxième partie d’après-midi, nous rejoignons le bâtiment réservé à l’accueil, c’est déjà la ruche : matériels et équipes en place




Nous recevons un kit de survie bien garni


Et un joli sac de convention avec des rangement pratiques



Chaque participant dont c’est la première fois est étiqueté « First timer » afin d’être aidé (et en réalité chouchouté !) par les anciens, un système d’identification vraiment efficace et sympa.



En ce qui me concerne, j’ai bénéficié du double statut d’invitée d’honneur et de débutante, et dans certaines situations c’était amusant. Dès le début, dans la salle d’accueil des participants, les photos d’identité d’Akiko et moi étaient projetés sur 2 grands écrans façon « Wanted » mais sans le montant de la récompense en $.


Très impressionnant et redoutablement efficace puisque toutes les personnes que j’ai croisées dans les jours qui ont suivi, me saluaient en me remerciant d’avoir fait le voyage de si loin, même chose pour Robert et Inès qui m’accompagnaient. Je suppose qu’il en était de même pour Akiko. J’avais déjà eu l’occasion de croiser Robert Lang qui m’a saluée courtoisement de jour-là aussi, mais lorsque John Montroll m’a dit bonjour avec la courtoisie due à l’invitée, j’ai cru avoir une hallucination !! Je n’ai rien trouvé de mieux à lui dire que j’avais beaucoup de ses livres, qui m’ont ouvert des horizons il y a 25 ans… ! On peut le dire, c’était un accueil adorable de la part de tous. Et en tant que « First timer » j’étais autorisée à poser toutes les questions naïves. En résumé, c’étaient des honneurs super gentils, le tapis rouge, mais très moelleux.

Convention, 1er jour : samedi

Dès le matin nous faisons de nouvelles rencontres, comme par exemple la doyenne de la convention, Laura Kruskal, une dame pleine de charme et excellente francophone, qui plie chaque année une couronne différente, comme une vraie reine de la convention :


ou encore Gay Merril-Gross qui envoie le bonjour à Michel Grand, par l’intermédiaire des 3 visiteurs français



Louise Flax, déjà rencontrée à Tirrenia cet hiver lors de la convention du CDO me fait un adorable cadeau : comme elle habite en bord de mer, elle est allée ramasser des coquillages sur la plage et m’en fait cadeau avec une plume de dindon



C’est l’heure d’aller à l’ouverture de la convention. Au micro, Jan Polish fait les annonces du jour


elle présente les invitées et encourage chacun à les solliciter à tout moment. Wendy fait des annonces supplémentaires, et un tableau projeté résume l’essentiel.

J’ai un peu de temps avant mon premier atelier qui est à 11 h. Je me promène dans la salle d’accueil, plusieurs tables sont occupées par des plieurs qui bavardent ou plient hors programme. Je retrouve Rachel et Meadean qui acceptent très gentiment d’être mes cobayes pour réviser l’insecte : anglais et séquence. On me valide la langue, mais Meadean me fait une remarque : à la fin de chaque étape je baisse tellement le ton qu’on peut croire que j’annonce que le modèle est terminé. Difficile pour moi d’intégrer cette nuance ! Ensuite, Rachel nous enseigne un très beau modèle de boîte de Tomoko Fuse :



J’ai encore un peu de temps, on m’indique une table surchargée de modèles divers, papiers, fournitures et autres objets, la table des « giveaways » ou table des dons. J’apprends qu’il s’agit à l’origine, d’une idée de Mark Kennedy. Je regarde dans le détail, et je suis surprise par la générosité des donateurs voici des exemples :
Sur la planche incluse dans le kit de survie que j'ai oublié de mentionner plus haut, voici des paquets de papiers parfaitement découpés avec un descriptif soigneusement préparé.



Une silhouette de belle japonaise vue de dos sur une superbe carte tradtionnelle



Ou encore un cahier de mandalas à colorier



Arlene est présente à la convention, je la croise peu après. Elle fait face avec courage et garde le contact avec les plieurs de papier après le décès de Mark. Elle envisage de revenir participer aux conventions européennes car elle garde un beau souvenir des conventions d’Angoulême et de Colmar, souvenirs qui me sont chers également dans ma collaboration en tant que présidente du MFPP avec les dynamiques groupes régionaux français de La Rochelle et d’Alsace.

Nous nous sommes retrouvée dans l’espace réservé au « Model Menu » l’exposition des modèles enseignés, classés par journée et par niveau de difficulté. Cette expo est dirigée par Louise.



L’heure tourne et je me rends à mon atelier du matin avec Sy Chen pour sa Pinwheel Masu, une variation sur la boîte masu traditionnelle pour bloquer les petits volets intérieurs énervants, une idée de génie :



Sy Chen est génial et très gentil. J’ai du mal à le suivre en anglais, car il a un fort accent que je ne connais pas, mais sa pensée est limpide. Un peu plus tard, il m’offre un superbe modèle, une flèche qui se transforme en coeur.




J’adore : c’est tellement origami et c’est tellement lovely !

C’est l’heure du déjeuner à la cafeteria : à côté des bacs à glaces, des distributeurs de petits bonbons décoratifs, les « sprinkles » juste pour le fun, et ce fut aussi en ce lieu que pour la première fois de ma vie j’ai mangé une glace bleue turquoise  (parfum fruits rouges):



A la fin du repas Victorien vient nous rejoindre et j’apprends qu’il assistera à 2 de mes ateliers, grande nouvelle ! Victorien est super fort : sa seule présence fait que je parle mieux anglais, et j’ai peu d’occasions de l’appeler à l’aide !

A 14 h, je vais pour la première fois enseigner un de mes modèles de l’autre côté de l’océan Atlantique ! C’est l’arbre du Canal du Midi, et l’atelier sera filmé et diffusé sur internet. Hier soir j’ai révisé avec Kathy Riley notre colocataire de la suite 508, elle a contrôlé mon anglais, validé mes séquences. Adorable cobaye n°1. Je suis donc fin prête. Dans la salle je trouve Kathleen Sheridan, ancienne professeur d’espagnol reconvertie en professeur d’origami, une réorientation peu courante et courageuse ! J’avais eu un petit contact par mail avec elle avant de venir, je trouve une personne très agréable, qui lie facilement conversation. C’est elle qui me pilote pour la caméra, rien de plus simple, c’est comme une lampe de bureau, et pour zoomer, on approche doucement le modèle. L’atelier démarre, tout se passe simplement et facilement.



Les participants sont très concentrés et à la fin, tout le monde arrive à faire tenir son arbre debout, je suis aux anges, on fait une photo de groupe . Wendy et Jean ont trouvé le temps de venir plier avec moi, je suis ravie. Et vous avez vu ? Martin Quinn a assisté à mon atelier en vrai kilt écossais!!!



Une petite pause d’une heure et je donnerai mon deuxième atelier, l’insecte avec papier Wax. J’arrive dans la salle avec 10 minutes d’avance, très relax. Mais soudain, je réalise que j’ai oublié de demander les spray pour le wet folding : je me précipite dans le couloir vers le bâtiment d’accueil mais je ne sais plus exactement où se situe. Heureusement je croise Philip Chapman-Bell dans l’escalier qui m’aide à trouver le bâtiment et rapporter les bouteilles. Nous sommes dans la salle avec 3 minutes de retard.

Je conduis l’atelier à un tel rythme par peur d’être en retard que nous finissons 15 minutes avant la fin, de façon très confortable. Tout le monde plie facilement le modèle, mais le meilleur moment est lorsque chaque participant choisit un morceau de papier contrecollé avec du tissu car les motifs africains sont splendides. J’explique comment fabriquer ce papier et quelles sont ses qualités et les sourires s’installent sur les visages dès cet instant.




Je n’ai pas précisé que la convention se déroule sur 4 lieux simultanément : chambres, cafeteria, accueil et exposition les deux derniers bâtiments comportant les salles de classe. C’est-à-dire qu’on court de l’un à l’autre au fil de la journée, chargés de différents bagages, plus ou moins en avance sur l’heure de l’emploi du temps à respecter scrupuleusement. D’autre part, sur le nombre de participants, certaines personnes ne peuvent pas courir, c’est pourquoi de petites voitures avec chauffeur sont à la disposition des participants pendant les heures d’atelier. Je dois dire que j’en ai profité moi-même quelquefois !



Demain, c’est l’atelier de 2 heures sur mon Archer, il me faut un nouveau cobaye, et j’ai la chance d’en trouver un exceptionnel, il s’agit d’Anne LaVin, qui a demain son atelier (la magnifique licorne de Daniela Carboni) en même temps que le mien et qui voulait absolument plier le modèle. Nous nous retrouvons dans la suite 508, nous faisons le test et Anne réussit très bien son pliage. Elle me fait des remarques subtiles sur l’anglais : si je dis « opened part » c’est une partie localisée au milieu du modèle, si je dis « opened side » , c’est un côté entier du modèle. Ce genre de précision. Sa culture et son intelligence sont frappantes dès la première conversation, c’est dommage de ne pas pouvoir la rencontrer dans les conventions européennes ! J’avais entendu parler d’elle pour le modèle minimaliste de voilier qui a remporté un prix au concours Facebook « It is a windy day » et également pour la modération de la liste de diffusion américaine. Je reçois un superbe cadeau : des feuilles d’origamido, un papier très nouveau pour moi sur lequel je promets de créer de nouveaux modèles. Anne se demande s’il serait possible de faire une version bicolore de l’archer. J’y pense un peu rapidement et cela me paraît nécessiter trop de couches supplémentaires. Le lendemain, elle trouvera la solution.

J’ai su qu’on a déjà parlé sur Facebook de l’alerte incendie exercice qui a eu lieu à 2 h 30 du matin (avant le réveil du décalage horaire, dommage!) heureusement, fausse alerte !

Convention, 2ème jour : dimanche

Inès qui ne parle toujours pas l’anglais, s’est parfaitement adaptée au cadre, et finalement la barrière de la langue ne pose pas de vrai problème. Elle sort ravie de tous ses ateliers, la preuve :



De même pour Robert qui suit aussi des ateliers complexes.

Ce matin j’assiste à l’atelier d’Akiko Yamanashi sur la boîte Mont Fuji (superbement exposée, voir plus haut). Anne LaVin et Nobuko Okabe sont présentes pour la traduction en cas de besoin, mais Akiko se débrouille très bien. Elle commence par nous présenter la tradition de représentation du Mont Fuji dans les estampes de l’Ukiyo-e : rouge, pour le soleil levant, bleu et blanc en hiver, brun dans les autres moments. Le chapeau de neige qui couvre le sommet en hiver est considéré comme le maquillage féminin de la montagne fétiche du pays. Un très beau modèle classique. La neige est le couvercle de la boîte avec un blocage simple et élégant dans le style habituel des boîtes présentées dans son célèbre livre. La formation du cône me rappelle ma tulipe, mais j’ai choisi un autre mouvement, j’aurai l’occasion d’en discuter plus tard avec elle.

La température est montée aujourd’hui et le temps tourne à l’orage. C’est dans une salle surchauffée qu’aura lieu mon atelier Archer cet après-midi. Comme nous avons des spray pour le wet folding, je suggère qu’on peut facilement s’asperger le visage pour tenir bon pendant la longue séance qui commence. Victorien a fidèlement rapporté le déroulement en 2 temps : entraînement sur papier standard puis wet folding sur papier spécial. J’ai apporté une feuille de papier Arches pour chacun, mais comme il est un peu difficile pour une première fois, j’ai aussi pris du mi-teinte et du papier italien Efalin (je ne connais pas la signification de ce nom). Voici les résultats, pour ma part, j’ai trouvé les participants très concentrés et leurs productions d’excellente qualité (petit moment de grande fierté sur le moment et en revoyant ces photos) je vous laisse juger quelques exemples :











Je dois parler de l’Origami Source, le point de vente des papiers. Un moment intense de toutes les conventions. Pour ceux qui connaissent le Mercatino du CDO, on peut faire la comparaison, en ce qui concerne la dimension des réserves et la variété des papiers. Mais l’organisation est différente : seuls des échantillons sont exposés, avec une fiche de référence qu’il faut reporter sur un formulaire. On arrive à la caisse avec notre liste et les magasiniers bénévoles vont chercher les articles. En ce qui me concerne, j’ai pu m’y rendre dans des moments où il n’y avait pas trop de monde, et les magasinières ont su habilement me montrer des papiers que je n’avais pas su voir et me faire faire d’excellents achats supplémentaires. Sur quelques tables pourtant, on trouve quelques articles à part, c’est la Gold Mine, la mine d’or. Et plus loin une table pour la « Silent Auction » vente aux enchères par écrit, concernant des articles anciens ou épuisés, la brocante et l’antiquaire des plieurs de papier. Enfin, dans une autre partie, des vendeurs indépendants (bijoux, papiers spéciaux) ont leur petit étal. Voici mes articles préférés rapportés comme des trophées, en plus des indispensables renouvellements de base :

Un kraft lisse avec une face couleur vu dans les mains de Charlotte en Suisse cet hiver, une merveille, le plus beau depuis la disparition de l'Oristar



Un métallisé 15 cm aux assortiments de couleurs originaux



Un excellent métallisé avec effet de mosaïque



Un métallisé grand format : 10 " soit 25,5 cm avec des teintes très belles



Et dans la Gold Mine, des washi too much




Enfin, un grand moment et même un moment géant de cette convention, célèbre par les photos : l’  « Oversized Folding » l’origami géant. Je laisse la place aux photos et vidéos, tout est dans l’ambiance. Le maître de cérémonie est Marc Kirschenbaum en personne, et je faisais partie ainsi qu’Akiko du gentil jury.

Voici la réserve de papiers en début de soirée. Chaque groupe dispose de 45 minutes pour réaliser son pliage :



La vue d'ensemble évoque une salle de sport



La base étirée géante fait penser à une étrange préparation de camping



Les sujets sont parfois curieux, voici une punaise de lit :



Ou un insecte girafe



Du plus simple



Au plus complexe



Tout le monde est à la fête !

https://www.flickr.com/photos/144815581@N04/42552928594/in/dateposted-public/


https://www.flickr.com/photos/144815581@N04/29401610868/in/dateposted-public/

https://www.flickr.com/photos/144815581@N04/28402120667/in/dateposted-public/

Pendant le défilé de ces folies, Robert et moi avons eu une surréaliste conversation en français avec un pédopsychiatre New-yorkais dont le fils participait à l’événement. Principalement, il était question du recul de la psychanalyse à New-York, dû au manque de temps et à l’activité trépidante des temps contemporains… et aussi des territoires boisés et des lacs autour de la mégalopole. Pendant ce temps, non loin de nous, Ros Joyce, une surdouée du modelage donnait forme à un dragon hyper agressif dans un papier noir et aluminium épais et mou trouvé chez son fleuriste…

Sous la pluie battante en pleine nuit, nous rentrons pour quelques heures de sommeil.

Convention, 3ème jour : lundi

Dernier matin de la convention, il y a quelques départs et adieux. Nos trois « roommates » c’est-à-dire colocataires partent l’une après l’autre, nous manquons Kathryn, nous croisons brièvement Katherine pour un échange de petits cadeaux, et Patsy a tout juste le temps d’une photo souvenir


Elle n’est pas belle l’équipe ?

J’ai la chance de pouvoir saluer des jeunes filles qui m’ont accueillie en tant que « first timer » en me racontant leurs voyages en Inde et comment il était difficile de voyager si loin. Je n’ai pas assez de mots pour exprimer la gentillesse de l’accueil que nous avons trouvé chez les plieurs américains



Le dernier jour de la convention américaine est traditionnellement consacré aux conférences, échanges d’idées et autres expériences, il y a peu d’ateliers de pliage seul ce jour-là. J’assiste justement ce matin à une conférence très spéciale : un cours d’initiation à la langue japonaise par Nobuko Okabe, éminente créatrice modulaire. Elle est l’auteur d’un module génial permettant des variations à l’infini au point que Tomoko Fuse a baptisé ce module « Super Nobu Unit »




Et donc, Robert et moi nous offrons une matinée de révision des bases fort sympathique.



Cet après-midi, je vais tester en grandeur nature un atelier sur la spécialité « Création d’un Pliage figuratif minimaliste » Assez ambitieux, mon programme peut se résumer ainsi : une présentation de 15 minutes sur le processus mental de création (la partie consciente seulement, il ne s’agit évidemment pas de percer à jour le mystère sacré de la création!) et ensuite 30 minutes laissées aux participants pour créer un ou plusieurs modèles. Je ne vais pas refaire ici ma conférence éclair, ou plutôt mon petit spectacle, je réserve cette prestation pour les conventions, en direct. J’avais déjà expérimenté ce type de conférence avec Quyet Hoang à Lyon, mais j’ai amélioré la formule et je commence à y prendre goût. Je vous livre ici les résultats des 25 participants : 30 modèles en 30 minutes, qui dit mieux ? Tout le monde n’a pas pu produire quelque chose immédiatement, mais la séance n’a pas eu un seul temps vide.
J’ai essayé de prendre les photos en temps réel, il était difficile de tenir le rythme, tant la production était intensive !

Un coeur-chouette très original


Un extraordinaire masque de chat, je dirais qu'il est parfait dans la construction et l'esthétique avec le petit pli montagne pour le museau ajouté par Anne à la sortie de l'atelier


Par transparence, il est vraiment sublime


Par un participant qui a souhaité rester anonyme, un personnage accoudé à la fenêtre


Une fabuleuse piste de ski en été, en 2D, papier parfait, j'adore


Une navette spatiale, vous avez vu le choix de papier ? !!


Une tête de renard digne de Kasahara


Un aigle intéressant (Mélisande* bat déjà le record du nombre de créations et vous avez vu, c'est du figuratif, des animaux, le début d'une nouvelle carrière ??)


Une tête d'oiseau stylisée comme j'aime


Un corbeau, mais oui !


Un modèle animé : chien qui aboie


Une nonne, dans ce lieu catholique !


Un peu d'audace : 2 dimensions et demi (concept!)


Et voici le CP !!


Un élégant putois !


Un perroquet


Un chien couché (j'ai oublié la race)


Un cornet de glace, bienvenu avec cette chaleur !


Un diable !!


Un aligator, bonne couleur !


Un autre modèle animé : une tête de grenouille mignonne on ne voit pas assez bien sur la photo, pardon !


Untrèfle : chageons les codes de couleurs !


Un loup, ce n'est pas courant !


Le carré qui nous contiendra tous (concept !!)


Voilier avec son pilote !


Un chat qui rampe absolument craquant, sur la base du renard de Quyet. Akiko a ouvert le bal : en découvrant cette base qui est tellement excellente que ses mains ont plié toutes seules, dit-elle


Un adorable chat en 2D par Elsa Chen


Une tortue en 2 D impeccable


Un Père Noël terminé par Mark peu après l'atelier : j'adore le choix de papier !!






Voilà, c’est bientôt la fin de la convention, il reste un peu de temps libre avant les festivités du soir qui se remplit rapidement !

Je rejoins la salle commune et je trouve Kay Eng qui me propose de plier son Hortensia. Très jolie technique pour cette fleur dont le diagramme a été publié dans Le Pli, mais on n’en devine pas la délicatesse si on ne plie pas ce modèle avec Kay.



Nous discutons avec Mélisande* et Anne de la création, du pliage minimaliste, nous plions ensemble le tout nouveau chat de Mélisande*, Anne ajoute un petit pli pour le bout du nez : la perfection !
Anne m'apporte la solution pour faire l'archer bicolore : jupe et arc seront sombres, c'est très intéressant, je publierai une photo prochainement.
Et voilà les plieuses du 21ème siècle !



Arrive Ruthanne, enfin libérée de la responsabilité de l’expo et des expéditions. Nous parlons art et musique car elle a été harpiste dans une autre vie. Je lui ai promis un atelier particulier pour l’insecte. Nous découpons nos demi-carrés quand arrivent Anne Lavin et Jason Ku, je n’ai pas encore eu l’occasion de discuter avec ce dernier. Nos conférences se tenaient au même moment et il me dit ses regrets de ne pas avoir pu assister à la mienne (et moi je n’aurais certainement pas assisté à la sienne dédiée aux modèles hyper complexes!!) Nous plions tous ensemble l’insecte et une jeune fille se joint même au groupe en cours de route. J’insiste sur le choix de papier kitsch afin de permettre à ces grands cerveaux de passer par un sas d’acclimatation avant d’accéder aux terres de la simplicité. Quand je les trouve bien concentrés sur les motifs et décos les plus excentriques, nous plions et ils apprécient le modèle. Nous parlons ensuite du simple et du complexe. Jason cherche toujours à améliorer l’efficacité de ses séquences, c’est-à-dire à les simplifier au maximum, mais c’est une recherche difficile et toujours à reprendre. J’insiste sur le fait que les meilleures théories des constructions simples viendront des plieurs habitués au complexe, car ils procéderont consciemment, tandis que les plieurs de mon genre procèdent par intuition, mais toutes ces idées, c’est encore de l’avant-garde, et n’oublions pas de rigoler ! Cette conversation se poursuit avec Mark Kirschenbaum, lui aussi beaucoup plus disponible pour bavarder ce soir. Comme il est guitariste, nous échangeons nos expériences dans les deux domaines, symétriquement opposées, puisqu’il trouve l’origami plus difficile que la musique et moi l’inverse. Il est beaucoup plus avancé que Jason dans la recherche de structures simples puisqu’il a modifié son style de modèles. Mais il se heurte toujours à l’habitude de penser en premier des structures complexes (si j’ai tout bien compris à ce niveau de conversation assez subtil en anglais, n’oubliez pas, vous les francophones!).

Dans la deuxième partie de la salle, les chariots des traiteurs arrivent et des parfums d’une bonne cuisine commencent à chatouiller nos narines.

Et que la fête commence !

La table est joliment décorée


Les photographes sont prêts


On a faim !!


Bon anniversaire OUSA !



Ce soir, 3 femmes sont à l'honneur, trois styles pour porter les casquettes au logo OUSA



Et maintenant, le document d'archives qui vous régalera : les magnifiques mains d'Akiko Yamanashi en train de plier sa célèbre tête de grenouille qui chante et la chanson de la grenouille interprétée en duo avec Wendy Zeichner !

https://www.flickr.com/photos/144815581@N04/42561889574/in/dateposted-public/

Bonne nuit les petits !


Une journée ensoleillée à Central Park, New York

Nous avons la chance d’une météo radieuse pour notre dernière journée ici. Avec le sentiment du devoir accompli, nous pouvons pleinement profiter de ces quelques heures de vraies vacances.

Au programme de la matinée : promenade dans Central Park, jusqu’au Museum d’Histoire Naturelle où se trouve le siège historique d’OrigamiUSA.

Voici l’équipe à l’entrée de Central Park


C’est Jean Baden-Gilette qui sera notre guide pour la journée, Helma (Hollande) et Martin (Ecosse) se sont joints à nous, ainsi que Marianne (qui habite tout près). Jean fait l’effort de parler avec une articulation impeccable, ce qui est très reposant pour les pauvres Toulousains qui luttent depuis plusieurs jours. Elle est bavarde et joviale, la conversation avec elle est un grand plaisir de cette journée. Marianne également s’adapte à notre niveau de compréhension.

Central Park est le seul endroit la ville où l’on n’entend aucun bruit de moteur (véhicules motorisés, clim, machines sont absents). On y trouve des oiseaux et des écureuils qui ne sont pas craintifs.


Des chevaux qui tirent des calèches pour les touristes (les tarifs indiqués sont à la minute! Entre 3$ et 5 $)


L’air ambiant est donc plein de bruits indépendants de l’électricité et du pétrole, et rempli d’effluves de crottin de cheval ce qui donne une idée de l’atmosphère dans laquelle on vivait avant le 20ème siècle.

Nous marchons tranquillement sous l’ombrage très appréciable de grands arbres bien préservés.



Vous apprécierez le design élégant des poubelles du tri sélectif (ont-ils pris conseil auprès de plieurs de papier?) Ça donne vraiment envie d’y déposer quelque chose, mais il était trop tôt pour avoir des déchets au début de la journée.



Jean veut nous montrer la maison de John Lennon et Yoko Ono (cette dernière y réside toujours)





et la statue du président Lincoln à qui nous devons l’abolition de l’esclavage



A la pause déjeuner, Jean nous guide vers le camion des meilleurs hot dogs de la Ville, « Nathan ».



Je choisis le classique avec chou (style choucroute) j’y ai ajouté ensuite un peu de ketchup et de moutarde, sinon, ce n’est pas le vrai. Les succulentes « French fries » sont automatiquement servies avec (à noter que les frites, c’est belge, non?).



Et maintenant, direction le Museum d’Histoire Naturelle, un vrai palais



Nous entrons directement au sous-sol pour aller saluer Wendy et Andrea qui sont en plein travail (notamment vérification des comptes post-convention) et nous repartons visiter le musée. Il y a de nombreuses salles, impossible de tout visiter, nous faisons 2 choix : pour Akiko la salle des dinosaures qui lui a été recommandée, et pour moi, les mers et océans.
L'aménagement des salles alterne ombre et lumière


Divers dioramas très spectaculaires nous font rêver







La salle des dinosaures est plus difficile à photographier


Nous retournons au sous-sol où nous retrouvons Wendy qui vient de terminer les comptes. Nous faisons une pause et apprenons toutes sortes de choses sur l’histoire de l’association américaine, sur la mise à disposition de ce local ainsi que d’une autre salle de stockage, grâce à Lilian Oppenheimer, et sur le fonctionnement actuel. Une conversation passionnante. Je cherche à comprendre quel est le secret de la vitalité de cette vieille association et de son rayonnement, je trouve à ce moment quelques clés...
On est un peu à l'étroit entre les archives et les bibliothèques impeccablement tenues


Ces bibliothèques ont été construites par un bénévole de l'association



Jean nous montre l'utilisation des fantômes lorsqu'on consulte un livre, aucun risque de mal ranger un document


Puis elle nous enseigne à plier une grenouille sauteuse avec la carte de visite d'OrigamiUSA calibrée pour ce modèle :




Helma et Martin nous quittent pour prendre leur avion. Wendy va relayer Jean et Marianne pour nous guider. Programme de la fin d’après-midi : shopping dans une grande papeterie« Paper presentation », dîner en ville et fin de soirée avec le groupe local des plieurs de New York.


Mon butin


Les authentiques Fish&Ships et Hamburgers au restaurant "Chat n' Chew" (Bavarder et mastiquer)


Nous partons rejoindre un petit groupe très informel de plieurs qui nous rappelle beaucoup le groupe de Toulouse



Merci Wendy !!




Conclusions

Voilà, c'est la fin !



Nous avons fait nos adieux à Akiko hier soir en espérant la revoir bientôt. Puis ce matin, nous avons pris le petit déjeuner en compagnie Jean Baden-Gillette et Jan Polish. Enfin un peu de temps pour discuter avec cette dernière qui était totalement immergée dans les tâches d'organisation pendant la convention. Un moment de conversation libre sur la politique et la civilisation vues des États-Unis. Passionnant.

Voilà plusieurs jours que nous sommes rentrés, mais les souvenirs sont encore tout frais.

De l'autre côté de l'Atlantique, nous avons rencontré d'autres plieurs, nous avons trouvé d'autres idées, d'autres façons de vivre, mais toujours la même joie de l'origami et un vrai sens du partage et de la fête.

La grande convention américaine offre beaucoup d'ateliers de niveau simple à intermédiaire, elle est ouverte aux débutants complets et aux jeunes (je dois retrouver les photos de la belle table d'exposition qui leur était consacrée). Les plieurs complexes peuvent également trouver de quoi être satisfaits, il y a de la place pour tous, c'est vraiment ce que j'apprécie le plus, cette diversité.

L'accueil des invités est très prévenant, et généreux, je n'ai pas assez de mots pour remercier toutes les personnes avec lesquelles j'ai eu des contacts à distance et surplace.

Depuis l'Europe, c'est un long voyage, et un gros budget, mais quiconque fera l'expérience pourra y trouver de nouvelles rencontres, de nouvelles idées, une vraie ressource dans son parcours de plieur de papier. Sans compter l'expérience de la ville de New York, vue, revue au cinéma, racontée, représentée... mais s'y promener, c'est autre chose :D
Modifié en dernier par Viviane le 09 juil. 2018, 17:23, modifié 18 fois.

Avatar de l’utilisateur
Origamimi
Ori Sensei
Messages : 1402
Enregistré le : 05 juin 2006, 17:07
skype :
Localisation : 7 = 3 4
Contact :
Status : Hors ligne

Re: OrigamiUSA Convention 2018

Messagepar Origamimi » 07 juil. 2018, 20:24

Merci Viviane :kiss: pour ce début de compte-rendu qui se lit comme un roman...

Et en plus magnifiquement illustré !

Avatar de l’utilisateur
Viviane
Ori Sensei
Messages : 1674
Enregistré le : 30 mai 2011, 14:14
skype :
Localisation : Toulouse
Contact :
Status : Hors ligne

Re: OrigamiUSA Convention 2018

Messagepar Viviane » 07 juil. 2018, 23:34

Merci Origamimi :D
Je viens d'ajouter la journée de samedi. C'est un peu trop long, mais je ne peux pas couper :angel:

Avatar de l’utilisateur
Kaze
Ori Sensei
Messages : 1717
Enregistré le : 20 mars 2007, 14:43
skype :
Localisation : Bordeaux/Lyon
Status : Hors ligne

Re: OrigamiUSA Convention 2018

Messagepar Kaze » 08 juil. 2018, 15:33

Merci de nous faire vivre cet événement par procuration Viviane ! Ca avait l'air très chouette ! On retrouve les étapes attendues d'une convention d'origami mais avec son lot de détails dépaysants :shock: . Tes ateliers ont l'air de s'être déroulés à merveille : les archers, en particulier, sont très réussis ! Une belle expérience, visiblement.


Retourner vers « Rencontres internationales, Expositions et Ateliers »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré